• 05 11 2015 la source noire suite

    bonjour les gens! c'est moiiii! bon je vous fais la suite de ma lecture hein les gens? je vais pas vite et ça me tue de tout annoter pour vous raconter tout. mais bon ça va. je fais volontiers et moi j'aurai la trace de ce que j'ai noté de ce livre palpitant (bon, patrice ça fera une certaine somme à la fin pour la pub, tu viens me voir et on en discute d'accord, je suis pas une femme d'argent mais quand même... je suis une femme en or alors ça se négocie mes commentaires non? si! looool! bisous patrice t'es un amour si tu me fais pas de procès pour commentaires abusifs de tout. si! bisous) donc je disais la suite! la suite! la suite! comme vous public en délire et je vous la livre tout de suite je suis pas comme certains moi qui disent rien et qui font tout comme ma collègue qui dit rien par devant mais qui dit que je fous rien par derrière la vilaine. c'est pas possible! bref. 

    donc je reprends mes racontages, ou raconteries comme vous voulez là où j'en étais. à la bio de la belle élisabeth. siii! donc élisabeth elle en veut. elle veut être docteur et pas secrétaire de papa. alors elle lui dit crotte à seize ans et la voilà partie de chez elle à coups de pompes dans le c.. comme votre françoise aurait pu vu qu'elle est tombée folle amoureuse de son michou et qu'elle a dit merde à sa mère elle aussi. mais bon ça se fait pas. alors voilà voilà. donc elle part et elle va bosser dans un obscur bouge mal famé je sais plus trop ce qu'elle fout enfin de la merde de biologie mais j'ai pas compris comment à seize ans elle pouvait déjà faire ça mais bon c'est sa bio je conteste pas patrice je m'étonne, c'est tout. après donc elle va voir (et si je me trompe vous m'en voulez pas hein? yael il me dit écrit ce ton tu te souviens et tu regardes tes notes si tu te souviens vraiment pas et pis crotte vous lisez le bouquin et comme ça vous verrez bien si je dis des conneries ou quoi. non mais! fais tout le boulot et ça se plaint? les gens! je vous jure! bref.) donc elle, elle veut être docteur et sauver les polonais les pauvres qui ont de la misère. alors je pige pas tout là. je sais pas quand c'est l'affaire, mais c'est avant la guerre on dirait et il y a eu la guerre en 39 ah mais non! c'est la guerre déjà. oh p....! le bordel! j'y comprends que dalle! enfin bon la politique guerrière et moi... je suis pire que le dalai lama, ça m'intéresse pas. mais bon je crois comprendre grace à mon amour de michou que la guerre éclair entre allemands et polonais qui a merdé à cause des russes qui sont venus foutre leur nez déjà là-dedans ça a décimé et meurtri la pologne et voilà. donc elle, elle veut aider. mais bon ça va pas tout seul vu qu'elle est pas encore toubib du tout et que ça va pas fort pour elle pour être ça. je suis con! c'est pas ça les gens! au secours les gens ma mémoire! super! non! au début elle travaille chez un ophtalmologiste! merde! pardon les gens je mélange tout et pourtant j'ai lu ça mardi soir y a qu'à voir comme ça va bien là-haut dans ma tête pour me souvenir de ce que je lis. ça rentre pas bien. désolée. je prends mes notes comme hier ou avant hier et ça ira mieux. pardon encore les gens; j'ai essayé mais je vois bien que c'est même plus la peine de dire sans écrire. je rentre plus rien dans ma tête. c'est pathétique mon état de cervelle vous voyez bien. le vide intersidéral que je peuple même pas bien. va bosser avec ça tiens. et ça se voit pas! alors tu fous rien. voilà. c'est dit. et psi c'est tout. donc ça. bon je continue après le repas si ça vous ennuie pas et je corrigle tout. pardon hein? désolée. mais bon c'est bien comme ça je sais que je dois prendre des notes quand je lis au moins pour pas raconter trop de conneries

    à tout de suite. bisous les gens

    bon, me revoilà. alors bon je reprends tout depuis de bédut et je vous dis tout ce que j'ai surligné et commenté dans ma tête sur notre amie élisabeth. alors bon elle se fait virer de chez papa maman et la voilà bien. mais elle trouve du travail chez un ophtalmologiste qui veut bien qu'elle reçoive ses clients. le problème c'est que c'est des gens qui vont devenir aveugles. alors elle décèle cinq phases dans ce qui se passe par rapport à leur état (décidément c'est le tarif on dirait dans ce que fait pas du bien)

    un, le refus. c'est pas ça c'est pas possible c'est pas ça. 

    deux, la colère! crotte de crotte! c'est pas ça c'est pas possible c'est la faute à... c'est lui le méchant vilain et tout et tout et tout et j'en veux pas le docteur moche de ton pronostic de merde et va te faire voir avec toute ta confrérie de cons! siii!

    trois, on marchande. allez quoi docteur vous allez bien m'en garder un d'oeil? non? si? non? non!

    quatre, la dépression. c'est plus la peine on a tout compris l'oeil et l'autre ils reviendront plus jamais c'est fini. bouh ouh ouh dépression. c'est moche. je connais c'est pire que moche et on peut pas faire comme si même si y en a qui pense qu'avec un peu de courage on peut. c'est pas vrai, ça fait des siècle qu'avec beaucoup de courage et de pied au cul on tient et on sourit et puis un jour ça vous tombe dessus comme une chape de plomb qui veut pas de votre courage et qui vous dit "t'es foutue! foutue! fais comme tu veux, je suis là et je te lache pas moi, la dépression. ta meilleure ennemie qui te tiens à sa merci. " si. c'est ça. c'est ce qu'il vivent je pense. c'est la nuit. et on a pas le coeur à rire quand il fait nuit noire. on fait des conneries, on en dit des fois, mais le fond il est plus que noir et faut pas croire que c'est juste de la surface. c'est profond. ça vous lache pas. c'est un peu atténuable des fois avec des cachetons ou du courage pour ceux qui en ont encore mais ça lache pas une seule seconde, ça rend très con. on est plus capable du moindre recul et on prend tout très mal et on devient pire que susceptible et on a l'air bien pourtant. ou à peu près. on fait juste la gueule pour les gens. on est pas marrant. on rigole si peu. on dit si peu de choses marrantes par rapport à avant. et on pleure pour un rien et on n'a pas envie de faire des tas de trucs. on les fait pourtant mais bon sans sa joie habituelle. avec plaisir c'est pas ça. mais sans joie. sans joie. et on est mal tout le temps. on comprend pas toujours pourquoi. faut pas lancer une plaisanterie sur soi parce qu'on prend tout au premier degré et on est très moche au fond, alors que c'est parfois une blague mais on sait plus faire la distinction et on est hyper pas bien à l'intérieur et on se paie des tonnes de larmes en privé et on dit rien. on fait rien de bien. on veut plus entendre parler de rien et on resterait bien couché et on voudrait voir personne et plus rien dire et pas faire des trucs et tout. et on dort. on dort. on dort. voilà. c'est ça la dépression. enfin c'est la mienne en tous cas. et eux je suis sure que c'est à peu près ça mais en un peu moins fort alors donc la pauvre élisabeth elle elle console du mieux qu'elle peut et elle voit bien que c'est pas ça. déjà avant elle devait se prendre les moches qui rigolaient pas parce que les toubibs et la terre entière c'est des nuls. j'ai pas connu ça moi. j'ai pas connu ça. je trouve toujours que les autres ils sont bien et moi pas top. moins plus. c'est ma croix à moi. je vois les autres super et moi pas bien bien. mais bon là c'est le noir et le chagrin pour tous. noir. voilà. 

    cinq, la sérénité. si. on devient serein. on se dit que c'est comme ça et qu'il faut en prendre son parti. et là ça va bien mieux. moi j'attends ça. c'est pour bientot je pense. je commence à me dire merde, si on me veut plus tant pis; je fais, et si c'est pas bien pour certains même qui comptent fort à mes yeux tant pis. j'ai plus d'énergie à dépenser à chercher à plaire. j'en ai déjà à peine pour vivre et pas me laisser aller alors le reste.... voilà voilà. 

    donc après elle devient apprentie laborantine et se réconcilie avec son père et part en pologne comme elle en revait pour aider les polonais. pourquoi? j'ai pas trop pigé mais bon c'est une lubie ça arrive ma mère elle a bien celle d'aller en maison de retraite après le départ de son aide de camp maryse la douce qui s'occupe si bien d'elle que personne jamais ne pourra la remplacer. bref. 

    après donc pologne. elle commence par faire cuisinière car on a faim en amérique et faut manger. les soldats je veux dire. m'embrouillez pas les gens la vie de cette dame c'est quelque chose alors bon j'ai du mal hein? je dois me concentrer car j'ai pas pris de notes car ce con de yael il m'a dit c'est pas grave, tu dis pas tout mais si je dis pas on la comprnend pas enfin si mais pas bien bien cette drole de bonne femme qui fout pas rien, elle. si. 

    donc suite. y a une dame qui vient avec son fils et qui dit "oh la la! mon fils il va pas fort fort et je veux qu'on le soigne. j'ai déjà perdu tous mes autres enfants et j'ai plus que lui." alors donc la belle élisabeth elle peut rien faire de mieux. elle a pas les médocs un peu comme le docteur je sais plus quoi encore qui est allé en afrique soigner les africains et ça faudra que je vous raconte aussi pour ceux que ça intéresse et ils sont nombreux (lol!) parce que ça vaut son pesant de cacahouètes aussi sa vie mais pas tout bien comme ici hein? en plus bref. j'ai pas fini ça fera l'occasion et j'oublie pas le reste et y en a qui disent que je dois m'ennuyer à la maison? misère! je sais pas comment moi. je vois pas le temps passer. je fais que des tas de trucs et je dors alors j'ai pas le temps de trouver le temps long. jamais. là j'ai une tapisserie com-plète maintenant sur le feu (c'était fastoche avant de dire j'ai pas tout! bernie cherche pas des poux à ta françoise elle à paaaas touuuut! hé ben si!) et aussi bien de la couture (faut que je fasse des housses de coussin encore. le moche! il me dit t'as le tissu ma grande tu fais. siii! bon bref ) et encore le tapis de pelouse et encore je sais plus quoi de partout, de partout! et aussi bien aussi les illustrations du livre qui sont en stand by, le fauteuil, etc etc. mais bon sang j'ai pas le temps même! je fais mais pas vite en plus. enfin bon bref c'est pas le débat. alors élisabeth elle écoute son coeur qu'esse vous voulez ma bonne dame et la voilà partie avec la dame à 30 km de là pour l'hopital. mais bon elle est pas bien reçue et elle se fout en rogne si fort qu'on prend le gamin et élisabeth elle rentre chez elle et plus tard bien plus tard qui elle voit débarquer? hum? vous savez pas? m'étonne pas! y a que mon coeur qui a trouvé je suis sure, sure, il sait tout lui. tout. je dis un truc que je mets trente ans et plus à piger et lui paf! il trouve tout de suite! tout de suite! et un truc pas facile hein? un truc de coeur. de coeur. et moi je l'adore fort fort pour ça aussi mon coeur. il a un coeur et une tête et c'est pas si courant chez les hommes. si? hum! à voir les mecs. à voir... et quelle tête. bref. donc elle revient bien sur la dame! hé oui! ha la la! c'était pas dur pourtant! et elle a quoi dans ses bagages? hum? de la terre bénie par un prêtre que la dame est allée chercher très loin vu que les prêtres y en a pas des kilos à ce moment-là. voilà. un très joli et touchant cadeau pour elle. elle est très touchée. et je pense que je vais en avoir des comme ça si je continue moi. des fois j'ai des cadeaux très beaux. ça s'appelle des sourires en douce. c'est un beau, un merveilleux cadeau qu'on me fait à moi. j'aodre. ou un gros bisou qui vient du coeur. ça me suffit! c'est si bon! bref encore. alors du coup et puis il y a goda, une jeune juive qui veut aller en allemagne pour soigner les enfants allemands. que c'est grand! c'est au-delà du pardon et pour moi c'est un exemple cette petite. faut le faire non? passer sur tout. et vouloir le bien des gosses qui n'y sont pour rien. pardonner. pardonner. à ceux qui nous ont rien fait d'accord mais issus de parents qui ont tout fait du moins certains. quel courage . bien plus grand que le mien qui pardonne si mal à ma ..... chipie de belle soeur qui m'a pas fait du bien. après encore le périple de la belle lisa (je dis lisa c'est plus simple à écrire c'est déjà dur pour moi d'écrire autant alors lisa c'est plus court. d'accord? par convention comme disait mes profs de maths (bisou monsieur hannequeau (pardon le nom je sais plus l'écrire depuis le temps) on va dire lisa. volà. vendu. bien joué françoise c'est commerce que t'aurais du faire, pas éco. lol! donc lisa traine ses guetres et son périple disais-je devient ivre de l'aveu même de patrice qui s' connait en images qui font peur. si. et c'est rien de le dire car elle chope la tiphoide! si! la crotte de maladie moche! tout ça pour ça! enfin bon bref les soldats allemands (mais bon sang comment elle se retrouve en allemagne elle ? je sais plus et donc c'est une viliaine polonaise, on lui dit crotte comme ma collègue hier et après on s'excuse si on avait su comme elle mais bon c'est pas sur c'est yael qui dit et je verrai bien la prochaine fois que je la verrai. je sais pas quand moi. on verra bien. donc après ça la belle lisa elle travaille chez le grand hopital de zurich après s'être souvée de pologne ou d'allemagne à force je sais plus et elle décroche son bac (trois ans d'études en un an faut le faire non? bon je suis une vilaine encore parce que cette histoire ça me taquine depuis un bon moment. je vois pas les choses comme ça moi. je suis une vilaine les gens et faut pas m'en vouloir de dire ce que je trouve hein? je fais la candide que je suis et voilà. je me dis c'est quand même bizarre. je veux bien que ce soit une lumière cette petite, mais quand même, elle quitte l'école à seize ans. bon .soit. et elle rattroppe tout en trois ans? hum... surtout en travaillant. c'est du boulot le bac et je veux bien qu'elle soit insomniaque mais quand même. enfin bon passons. et sept années de médecine derrière? elle vit de quoi? enfin  bon les internes c'est vrai qu'ils se débrouillent masi à l'époque? et elle travaille plus alors? enfin bon je fais mes calculs dans mon coin et je dis née en 1926, études normales et médecine ça fait 25 ans. je veux dire qu'à vingt-cinq ans elle est diplomée de médecine si tout va bien. mais bon ça fait 1951 ça donc ça colle pas. mais si pendant la guerre elle a pas pu apprendre ou si elle a du nourrir sa famille parce que bon y a pas la guerre en suisse c'est sur mais il doit y avoir des soucis aussi là-bas non? enfin bon j'élucubre sans doute mais si on enlève les années de guerre ça colle. cursus normal et ma foi françoise tu te tais c'est pas beau de dire que peut-être on a enjolivé la belle histoire d'élisabeth pour faire pleurer dans les chaumières et la faire prendre en sympathie; moi je dis ça. je suis con! je crois bien qu'elle a rédigé sa bio elle-même et c'est pas le genre à se jeter des fleurs on dirait. donc pardon élisabeth si je divague. des foi je réfléchis pas bien bien. c'est juste ce parcours étrange qui me fait me poser des questions. on est à la page 64 et j'ai déjà des noeuds au cerveau moi, ça promet! lol! 

    alors on va admettre de bon coeur ce parcours atypique et je vais voir mon amie wiki pour voir ce qu'elle en dit elle. des fois que ce soit sur wiki que patrice il ait pompé. on sait pas. hein patrice?t'as pas fait ça quand même? roooooo! je te vois! tu deviens tout vert et tu tousses dans ta serviette? je rigole! ah la la! les mecs! tu peux pas rigoler un peu ça prend tout au sérieux! une petite dépression les mecs? hum? c'est ça? non, ça se peut pas. lol!

    je vous mets un truc là. ça me fait bizarre quand même. wiki et patrice c'est pas le même combat on dirait. je vous mets:

    1951, elle passe l'équivalent du bac et est reçue à l'Université de Zurich et reçoit son diplôme en 1957, se marie avec Emanuel Ross2 et se rend aux États-Unis3.

    Elle obtient son titre de psychiatre en 1963 à l'Université du Colorado4. À Chicago, en 1965, elle suit une psychanalyse qui se passe mal5

    bon! alors... elle passe le bac comme dit patrice en? 1951! donc ça colle pas. lui il dit 1949. ça commence mal. et après elle obtient un diplome de quoi on sait pas et voilà! et après elle devient psychiatre? un titre? mais je croyais qu'elle avait appris sur le tas! faut que je relise moi ça va pas fort fort l'histoire. et on parle de psychanalyse qui se passe mal et c'est pas ce que j'ai lu mais qu'elle s'en est servie au contraire pour se sentir mieux. bon, je comprends pas tout encore. je suis sure que patrice il est sérieux. c'est plus complet son récit à lui. et je le vois pas l'inventer pour faire son intéressant au risque de se couper si c'est pas ça et que c'est écrit ailleurs; alors bon, ça va pas bien tout ça. mais bon si c'est 1951 c'est moins un génie déjà. ça me va mieux. on peut. en trimant comme une tarée passer son bac et faire un autre truc en même temps surtout en candidat libre comme je suppose. siii! bon bref je me trompe des fois les gens la preuve et faut pas m'en vouloir hein? je fais de mon mieux pour comprendre et m'intéresser à fond à un sujet. je devrais pas je pense. ça me ferait du bien. mais bon je peux pas m'en empêcher maxime il le sait bien lui. il m'a donné une vidéo à voir, je l'ai toute disséquée de a à z et j'ai pas tiré les conclusions que j'aurai du et j'ai pas regretté. un piège à cons j'appelle ça moi et maxime je pense qu'il le savait. et ma foi on est contents tous les deux, on s'est pas fait avoir et pis c'est tout. na! bien fait. non mais! comme avec ma copine quand on cherchait du boulot et que des margoulins ont voulu nous faire acheter du matériel de gogos. toute une mise en scène pour nous faire acheter le bazar mais bon ça a pas marché. on n'est pas comme ça françoise et sa copine et on est parties sans regret! ça c'est des voleurs de rêve! oui! on vous fait croire que vous avez acheté la clé du succès et c'est plutot la clé des dettes et de la dèche oui! ah la la! bref.

    mais pour les années d'études médicales ça colle. 1957 c'est bien ça par rapport au récit de patirce et là on retombe sur nos pattes . et là elle rencontre son futur mari. c'es tso romantic leur histoire! so romantic! ils sont médecins étudiants tous les deux et ils se font du bien en amoureux en... disséquant des cadavres. mmmmm! je te veux! bisou sur le mort ma chérie. mmmm! vive la médecine moi je vous le dis! lol! enfin lol. 

    bon les gens je m'ennuie pas mais là je fatigue beaucoup. je vous laisse avec lisa et son amoureux sur le mort et moi je vais aux toilettes sur le champ. 

    bisous les gens . à bientot!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :