• 24 10 2016 bérurier au sérail suite

    bonjour les gens! bon j'ai lu un peu (un peu!) de bérurier ce week end alors bon je vous en fais profiter. faut pas gacher la littérature de qualité! siiii! lol! pardon frédéric et fiston, j'aime moi, j'imite ceux qui aiment pas sans la lire c'est comme ça qu'esse vous voulez ça s'appelle les préjugés et j'en suis la première victime et c'est pour ça que je me permets. si. voilà. na. 

    alors bon je crois qu'on a laissé nos amis dans une merde noire si je me souviens bien et plus d'eua et plein désert et que faire? alors on continue un peu en attendant la mort et tout à coup notre béru il a une hallu: il voit un mirage et c'est une oasis de rêve. les gens de la caravane ils lui disent va mourir tout seul en courant après et nous on va mourir en paix ici. mais bon béru il continue et on sait que c'est pas du flan cette belle histoire je sais plus comment et on se retrouve dans un sérail. c'est joli et tout! y a autant d'eau que de besoin et des mousmées à la folie mais elles sont au calife du coin alors pas touche béru qui se morfond. bon je vérifie un truc et je reviens. foutue mémoire de crotte! je sais déjà pas plus un truc... je reviens..

    bon! bien ce qui me semblait! j'ai merdé! j'ai loupé un épisode je crois bien. je sais plus! bon bref je me souviens que béru il a voulu vendre du camembert très fait aux arabes du coin et ma foi bon c'était pas ça vraiment alors il a une idée de génie (beurk! accrochez vous les gens.... c'est béru ...) il met du sucre dessus. pour faire passer. et ça marche! il en vend plein! c'est des cons les arabes c'est bien connu non? non! mais bon je sais pas trop si dard se moque d'eux ou de ceux qui les prennent pour des anes. je sais pas. donc voilà . après bon l'oasis. mais je veux vous mettre des extraits de la prose de dard dans ce bouquin qui m'amusent ou me touchent, c'est selon:

    béru " je ne peux plus bouger. plus respirer. j'ai les cerceaux qui bloquent mes éponges" (traduction de dare (je cite) "je signale aux petites filles modèles (moi par exemple... lol!) qui s'aventureraient dans ces pages que la phrase en question signifie "que mes cotes compriment mes poumons" ne me remerciez pas c'est la moindre des choses) lol! il me fait marrer là. comme si il leur parlaient à elles. trop bien!

    ça concerne mac arthur je crois (enfin je crois, le général mais je suis pas sure je suis pas si lettrée que lui je vais voir wiki pour demander... bougez pas...) alors bon c'est bien dit dans le livre j'avais pas vu. c'est ça. c'est mac arthur. il est rentré triomphalement aux états unis mais c'est pas dit dans wiki s'il a un rapport avec hiroshima ce que laisse entendre béru. bon bref. c'était pas pour ça. c'est pour la citation qui m'amuse; " tu te retrouves en vieux débris, avec les étagères à crayon écartées pour pouvoir soutenir ton bitos" ah la la! les gens! ça m'amuse moi l'argot. c'est si marrant. les étagères à crayon.... c'est bien vrai non? pensez à votre épicier de dans le temps et vous verrez que c'est pas si con ce qu'il écrit de bel argot. c'est imagé comme le langage des banlieues que je trouve fabuleux moi. de l'inventivité pure. on remplace le juste par le vrai en quelque sorte. bref... 

    concernant sirk amar qui vient de voler une montre "t'étais piqueur à tes débuts parisiens je parierais? lui demandé-je en apparté, car je parle couramment cette langue." loooool! l'apparté! une langue! je me marre comme une guedin moi. lol! l'apparté, une langue! on aura tout lu! j'adore cet humour moi. voilà voilà. 

    alors ça c'est un grand moment de dard... il parle de lui là... "j'écris relaxe, pour user des tournures publicitaires: j'écris facile c'est vrai. j'écris vermot. et puis au fait je n'écris pas: je me contente de mettre du poil à gratter sur le quotiien défraichi. je suis le bicarbonate de soude de la littérature. je ne fais pas penser (note de votre françoise: ça dépend!), je fais roter! et c'est à ce titre là que je je soulage. c'est à ce titre là que j'ai tant d'amis. j'accomplis ma mission la main dans la main du cassoulet toulousain . tachant de peindre en rose cette humanité scathophagique en rose ou en bleu. en joyeux quoi! "(scatophagique ça existe pas fort fort coeur, je pense pas mon ange. mais bon je pense qu'il veut dire "de merde" et c'est bien ça le sens dans le fond et il a pas si tort que ça à mon humble avis...moi compris) et là il philosophe à fond "nous sommes tous dans une salle d'attente....... le temps d'un sourire elle aura duré votre petite trajectoire minable de brandon qui s'éteint à peine allumé. et si vous n'avez pas ri (fut-ce de mes pauvretés) pendant cet éclair vous mourrez cocus les gars! faites gaffe! cesez de vous prendre au sérieux et laissez vous aller dans la tarte à la crème. quoi de plus onctueux? de plus confortable? le dunlopillo, c'est de la gnognote à coté de la chantilly. en vérité je vous le dis: quand ça carbure pas, mettez le nez dans un san antonio et fates-le en vous disant que si c'est de la m.... ça vous portera peut-être bonheur!" siiiii! vive lui! c'est ce que je pense aussi. on sait bien que c'est pas de la littérature littéraire. on sait bien que c'est pas de la first quality langagière, mais moi je trouve qu'il en remontre à pas mal d'écrivains classique frédéric dard parce que lui il manie tous les registres avec brio et avec une imagination phénoménale et belle. mon dieu! ce que j'aime aussi ses classiques. j'en ai lu un un jour ,  un bien noir. et je me suis régalée. et je dis que le vrai talent, l'unique c'est de savoir faire rire et pleurer avec autant de justesse et je trouve que c'est bien son cas. alors je dis pas "caca" je dis bravo moi françoise. mon avis il a pas de valeur? bien sur! m'en fous! moi je le trouve super, j'aime le lire et j'ai de bonnes raisons que je vous donne mais j'oblige personne à penser comme moi. que c'est de la très grande qualité au contraire car on sait qu'on fait pas dans la dentelle, on le fait exprès par respect pour des lecteurs comme moi et certains d'entre vous qui vont pas fort et qui se font du bien à lire de grosses pignolades de la part de celui qui me semble être un érudit qui se la raconte pas et qui glisse par-ci par-là des allusions discrète à sa culture qui en vaut bien d'autres. voilà voilà. poil aux bras! siiiii! bisou frédéric, je t'aime bien toi. j'espère que ça va mieux là-haut. je te vois comme un être hyper-sensible et doux et qui a été aigri sur terre par des choses qui t'ont blessées. je me trompe peut-être mais bon voilà . bref. stop! si tu continues tu vas franchement faire ch...... françoise. poil au nez. si. si. lol! et donc pour finir le palais du roi du sérail il est bien mais pas touche à ses pépées à lui. et faut pas faire le zouave sinon on finit empalé. heureusement que la pinuche a su entortiller de rose le beau vizir  car sinon.... enfin bon bref du coup ils les a tous à la bonne et ils sont invités à rester au palais. sana il aime pas trop ça mais commment refuser? j'en suis là. à bientot les gens poru la suite de ces aventures sanantonionesques à souhait. bisous!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :