• 28 04 2016 le tour de la france de deux enfants de g.bruno

    bon jour les gens! c'est moiii! bien remise d'hier et ça va! alors bon je vous fais profiter en direct de ma lecture d'hier soir parce que ça vaut comme dirait mon maxou il parait. c'est l'histoire de deux enfants (non? c'est pas vrai? françoise, t'as inventé l'eau chaude on dirait... hum? le gens? hum? oui! si! c'est vrai! lol!) et donc ça se passe en 1877 je pense et ma foi c'est la tourmente les gens. vraiment. à fond. alors au début je me suis dit que ça commençait bien et que c'était pas comme les livres de 1900 et après où il y a toujours l'histoire à pleurer dans les chaumières de l'orphelin qui misère ou de la pauvresse qui vagabonde et dont on a pitié très fort et tout et tout! foin du ton larmoyant adopté par la suite et que j'exècre et qui me met le mors au dents. non! ça commence doucement. las! pauvre françoise! ça dure pas! pas loupé! ça commence très très fort on va dire parce que c'est la guerre d'entrée les gens. d'entrée. si. c'est après la victoire des prussiens sur la france qui ont conquis l'alsace et la lorraine et ça rigole pas les gens. ça rigole pas. donc on annexe et on dit aux braves gens des ces contrées "soit tu deviens allemand et tu restes, soit tu te barres et tu restes français". cruel dilemme non? si! alors bon le contexte est déjà pas super marrant mais bon c'est normal et ma foi ça me conforte dans l'idée que yael c'est "pas un con" parce qu'il m'a dit ça lui de son coté il y a un bon moment et même ma mère qui est de là-bas ne me l'a jamais dit! alors bon je vais lui en parler samedi pour voir si elle le sait et sinon je vois pas pourquoi ce monsieur sérieux qui écrit un livre de lecture quand même pour édifier les petits français mentirait. bref. donc ça commence fort. et après mes pauvres gens! ah la la! le boooooordel encore! figurez vous que ces braves petits c'est pas pour rien qu'ils se promènent tous les deux par les routes d'alsace (ou de moselle je sais plus) car figurez vous encore que papa n'est plus. oui. c'est triste. c'est sur. et ma foi déjà que maman ça fait un moment qu'elle est plus de ce monde ça rigole pas fort et voilà pathos mon ennemi qui rapplique avec le récit déchirant du départ de papa qui se tue en tombant d'un toit et qui demande dans son dernier souffle décrit avec acharnement le départ de ses enfants en franche france et leur union pour se protèger mutuellement. ah la la! les gens! encore une belle histoire d'époque moi qui vous l'dis. alors les voilà partis tous les deux pour tenir la promesse faite à papa et ils veulent rejoindre marseille (pas la porte à coté en plus) ou tonton ou je sais plus qui peut peut-être les recevoir mais c'est pas gagné car il a pas donné signe de vie au papa quand il a été sollicité. donc les voilà tout seuls perdus au milieu de nulle part et sous la pluie pauvres petits (ben oui, oublions pas pathos en route ce serait dommage non?) et tout à coup soudain comme disait marie-christine ma copine de boulot ils voient quoi? une lueur dans le lointain et ils y vont et paf! ça va pas fort encore car le propriétaire est pas très gracieux et le chien dehors encore moins. mais bon que faire? alors il sort le propriétaire et il voit ces gamins tout trempés et il dit "c'est quoi l'affaire? " bien radouci quand même parce qu'à l'époque on est plus doux que maintenant et on s'appitoye vite et on lit des histoires édifiantes sur les pauvres , les orphelins et ce genre de choses et donc le plus grand explique tout et le monsieur il fond presque en larmes car il connassait le papa. il les recuielle avec sa femme et du coup ils vont un peu mieux et on s'occupe si bien d'eux qu'ils repartent rhabillés de frais, et avec de l'argent en poche pour les aider et ils ont avec eux tous les papiers nécessaires pour trouver du travail (l'ainé dont avoir quinze ans non! quatorze! il me semble m'en souvenri maintenant et ma foi si on disait ça maintenant hein les gens? scandale! mais pas à cette époque qui trouvait ça normal apparemment. c'est une recommandation d'un patron (donc il a déjà bossé ce gosse.... je vous jure... bref) et aussi des papiers d'identité et tout. les voilà parés pour le départ et ma foi j'en suis là! siiii! j'ai hate de lire la suite car on s'attache vite à ces deux gamins si bien: le grand qui mène le petit avec courage et le petit qui suit vaillamment et sans se plaindre (lui) et sans réclamer l'aide de son ainé pour le porter. voilà. et surprise pour votre adorable françoise (si, je le suis, tu as raison le gens qui est si gentil avec moi. je suis adorable et tu me rencontreras très vite et ta joie sera grande de voir que je suis aussi bien que tu imagines et que tu peux faire du feu pour mon retour. si! lol!) donc surprise de taille pour votre françoise! j'apprends un truc ahurissant. si! figurez vous (3ème édition) que une anglaise a refait le tour de la france de ces enfants avec les moyens modernes de locomotion et qu'un article sur elle est paru dans le journal la voix de l'ain (c'est pour fabi pour pas qu'elle cherche c'est pour ça le nom...) du 18 janvier 1980 et elle, elle passe par bourg en bresse et donc étonnant non? l'article est dans le livre les gens. moi je fais ça souvent. quand je lis un truc intéressant sur un livre je glisse l'article dedans et là la personne l'a fait aussi! super! je vais pouvoir comparer le livre et l'article. la chance! et si la dame (ou le monsieur) avait pas fait ça je l'aurai jamais su! super non? ah la la! les gens! la joie que ça me fait ce livre! et pour deux euros j'en ai vraiment pour mes sous car c'est un livre que je voulais au moins consulter et je l'ai et c'est super je trouve à lire et j'envie les petits qui découvraient la lecture avec un compagnon de si grande qualité et en plus l'article en complément. ah la la! le nirvana de votre françoise ça. je suis con hein? qu'est-ce qu'on en à foutre du passé? hé ben ça éclaire le présent déjà ce qui est pas si mal, et souvent ça ouvre les yeux sur des réalités qui sont parfois dures comme le travail des enfants mais aussi plus douces comme la solidarité et la pitié des gens. déjà. et aussi sur la france à cette époque en général comme peut-être les vieux métiers comme sabotier comme ce monsieur qui les reçoit et ce genre de choses. moi ça me régale. et j'aime bien lire ce genre de choses pour relativiser. maintenant il y a l'aide à l'enfance, les familles d'accueil et les foyers et tout mais la chaleur, la chaleur et la douceur des pensées et l'intérêt sincère pour les jeunes.. je sais pas les gens. je sais pas. sans doute. je dis pas ça. mais c'est monnayé. là c'est de la générosité pure de la part de gens qui sont pas super riches mais qui ont un coeur et qui font ce qu'ils peuvent pour aider ces petits. voilà. j'en suis là. je vous laisse. je continue plus tard et je vous dirai. c'est bien ce truc. je regrette pas. j'ai toujours pensé que c'était un truc à lire et vraiment le style me va. dommage que ça larmoie autant mais quelque chose me dit que ça va pas durer et tant mieux si c'est ça...je vous bisouille les gens. à bientot!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :