•  

    Les mandalas, au départ...Bof! Je trouvais ça joli, c'est sur, mais sans plus. Le premier mandala que j'aie eu, il m'a été donné lors de ma formation au reiki.

    Je l'ai remisé dans un tiroir et je n'y ai plus repensé.

    Et puis il y a eu Yael. Et lui y accorde beaucoup d'importance. Il m'a expliqué qu'il étaient important aussi pour Carl Gustav Jung, le célèbre psychanalyste disciple de Freud.

    Et il m'a demandé d'en faire. Il me dit que c'est très important, les mandalas. Ce sont des supports de méditation que l'on retrouve dans de nombreuses civilisations. Il pense que ces belles images ont un e action sur l'âme des hommes et qu'elles les apaisent ou les stimulent suivant le cas.

    J'ai donc acheté un « kit » qui contient des cartes pré-imprimées de mandalas celtes, des crayons de couleurs et des enveloppes.

    J'ai essayé d'en réaliser un aux crayons de couleurs, mais cela ne m'a pas emballée. Le trait n'était pas terrible. J'ai essayé ensuite le feutre, et le résultat a été plus satisfaisant et les couleurs plus intenses. J'ai finalement opté pour les encres de couleurs qui , d'une luminosité transparente, subliment la beauté des formes des mandalas.

    Le tout premier mandala que j'ai peint, c'est pour la mère de Mickael, que j'espèrais retrouver (j'en parle dans le chapitre « Mickael »).

    Je n'ai malheureusement pas pu lui donner, pour la raison que j'évoque.

    J'en ai peint un aussi pour la vieille dame que je suis allée déranger pendant mon séjour à Roanne, pour me faire pardonner et la remercier de son acceuil.

    Yael me dit que je devrais me dépécher d'en faire un autre pour « la dame du journal ». Qui c'est? Mystère, mai apparemment une journaliste souhaiterait me rencontrer et me parler. Je n'en crois pas un mot et c'est pour ça que j'ai bien du mal à le peindre!

    Yael m'a dit aussi une très jolie chose, à propos des mandalas, et que je n'avais pas remarquée: il prétend que chaque fleur ou presque est un mandala.

    Il pense que l'Univers à bien fait les choses, et que la nature à elle seule est un support de méditation gratuit et magnifique, et moi je dis que même une fleur de pissenlit est le plus beau cadeau du ciel si on sait le regarder avec attention et qu'on y voit ce qu'il y a a voir....




















    votre commentaire
  • Le jour où mon beau-frère à annoncé la mort de Jacques, le monde s'est écroulé pour mon mari.

    Son frère Jacques, je l'ai compris alors, était plus qu'un frère. C'était un ami pour lui. Et il a souffert le martyre en apprenant son décès.

    Toute notre petite famille a été attérée par la nouvelle. J'aimais aussi beaucoup ce beau-frère, qui savait nous amuser avec de petites bêtises taquines et jamais méchantes.

    La veille de l'enterrement, Yael m'a prévenue: « ce sera très dur pour ton mari, attention car lors de la cérémonie, il risque de faire un malaise »

    Le jour de l'enterrement, nous avons tous beaucoup pleuré, sauf Michel qui retient toujours ses larmes. Mais il a bien failli faire un malaise comme l'avait prédit Yael dans l'allée centrale de l'église. Le pauvre, il venait de perdre ses parents, et maintenant son frère...Il était pâle comme un cierge...Lucie pleurait beaucoup aussi, et Yan, qui ne pouvait être présent, le regrettait énormément...

    A la sortie du cimetierre, nous avons voulu reprendre notre voiture, mais une mauvaise surprise nous attendait: le moteur faisait un bruit très fort et très inquiétant.

    Mon beau-frère qui a été mécanicien nous a dit que le moteur devait être foutu, et il a souhaité regarder ce qui se passait sous le capot.

    Il a vérifié et a fait une drole de tête. Apparemment, ce n'était pas le moteur, mais peut-être la courroie de distribution. Il avait l'air vraiment surpris. Et nous a invité a rentrer très doucement chez nous pour ne pas risquer la panne définitive.

    Le lendemain matin, nous sommes allés au garage. Nous avons dû avant faire une halte, et dans l'habitacle de la voiture, il s'est répandu si fort une odeur de brulé que nous avons quitté le véhicule précipitamment, en priant pour qu'il n'explose pas.

    Mais sans ce bruit de moteur terrible, devant le cimetierre, nous ne serions sans doute pas allés au garage, et le moteur aurait bien pu ne pas survivre à la casse de la courroie de distribution que le garagiste à changé lors de cette intervention.

    Sans doute est-ce une coincidence, mais peut-être que c'est Jacques qui nous a fait un petit coucou, car il était taquin, et cela ne me surprendrait pas de lui...

    Et il me semble qu'il s'esr manifesté une autre fois: mon mari et ma fille essayaient désespérément de remettre la télé en marche, sans succès depuis une demi-heure. Et, excédé, mon mari à dit « ça serait déjà réparé si Jacques était là »! Et dans la seconde, après une ultime manoeuvre, la télé s'est remise en route!

    Yael me dit aussi que Jacques s'amuse à la salle de bains avec le néon. Et nous constatons que même avec un tube neuf, la lumière peut être éclairée longtemps sans encombre, et soudain, se mettre clignoter avec frénésie. Je m'en amuse, mais une fois, cela a clignoté si fort, que j'ai presque eu peur....










    votre commentaire
  • Yael me prépare régulièrement des « programmes » de choses à faire. Je le soupçonne de me taquiner un peu avec les plannings que nous utilisons à mon travail.

    Et dans l'un d'eux, il m'a demandé de fabriquer des « malheurs de livres ».

    Qu'est ce que c'était encore que ça?

    En fait, il voulait dire des couvre-livres. Mais pourquoi les appeler des malheurs de livres?

    Et bien parce que quand ils sont couverts, les livres sont malheureux parce qu'on ne voit plus leurs convertures!

    Mais je ne dois pas hésiter à les couvrir, car c'est pour leur bien me dit Yael: cela les rend gais et colorés, cela uniformise la bibliothèque et surtout cela les protège.

    J'ai donc utilisé du papier cadeau de couleur unie (rose, jaune, orange) puis, je me suis dit que pour reconnaître les livres, il faudrait les illustrer avec des décors qui représentent leur contenu.

    J'ai donc dans un premier temps dessiné des modèles que m'inspiraient les titres, puis j'ai cherché des illustrations dans des magazines, ou j'ai créé des collages que j'ai fixés sur la couverture.

    Par exemple, j'ai représenté le livre « le chemin des neuf mondes » par un sentier découpé dans un carton sur lequel j'ai collé neuf ronds (ou plutôt dix, je n'ai jamais été très forte en calcul!) découpés dans des magazines qui représentaient les monvements et les couleurs du monde.

    Après avoir posé le décor, je recouvre le livre de plastique transparent. Ainsi, le livre est bien protégé, illustré, et personnalisé.

    Yael me l'a demandé pour que je conserve mes livres en bon état, qu'ils soient vraiment à moi, et que si je les donne, je donne un peu de moi avecle livre.

    Au début, comme d'habitude, j'ai rechigné un peu; Mais je reconnais que c'est très agréable d'imaginer et de crééer les décors et de posséder des livres personnalisés. Le seul souci, c'est parfois de trouver des illustrations adéquates!




























    votre commentaire
  • Yael me réserve toujours des surprises.

    Un jour, je suis allée chez ma mère. A peine arrivée, sa voisine sonne à la porte. Elle entame une conversation avec nous et m'entraîne chez elle. Elle veut à tout prix me prêter un guide vert sur la Bretagne, sa région d'origine. Je suis très surprise car cette voisine ne m'a jamais invitée chez elle et nos rapports sont plutôt lointains. Elle tient absolument à ce que je prenne ce livre et me le prête volontiers.

    Rentrée chez moi, je le feuillette sans conviction, car je ne connais pas la Bretagne et un guide vert est « un peu » touristique, mais il est surtout intéressant pour qui veut s'y rendre, ce qui n'était pas mon cas. Je m'attendais donc à ne trouver aucun intérêt à cet ouvrage.

    C'était compter sans Yael...

    Dès que je me plonge un peu dans le livre, il intervient : « va à la page 100 «  (pardonnezmoi, je note des numéros de page eronnés car je ne me souviens plus des pages concernées).

    J'y trouve des informations sur la roche aux fées, proche de Guerches de Bretagne.

    Bon, c'est intéressant, car la roche aux fées, cela me dit quelque chose...J'ai déjà lu ce nom quelquepart.

    Yael me dit alors « va à la page 208 « 

    Là, je trouve des informations sur Cancale. Je suis bien avancée. Je medemande à quoi il joue...

    Yael intervient de nouveau et me demande d'aller à la page 302.

    J'y vais et là il est question de Ploermel.

    Bien, me voilà avec trois endroits et je me demande vraiment où Yael veut en venir....

    C'est alors qu'il me dit « va voir sur la carte de la Bretagne, et essaie de situer ces endroits ».

    La carte de Bretagne? Mais il n'y en a pas dans le livre, il va falloir que je cherche sur internet...

    Yael, qui lit mes pensées me dit «  il y a une carte dans ce livre, cherche mieux ».

    Je me demnade s'il va bien, parce que j'ai déjà regardé et je n'ai rien vu. Seulement, ce que je n'avais pas remarqué, c'est qu'il y a un rabat à la couverture du livre, et une carte de la Bretagne est cachée desssous!

    Je localise donc ces trois sites et surprise! Ils forment un triangle parfait! Je suis sidérée. Comment Yael a-t-il pu connaître les numéros de page, savoir qu'il y avait une carte sous le rabat et qu'en réunissant les points des trois sites j'obtiendrais un triangle? Décidément, Yael m'épatera toujours!

    Et mes surprises continuent alors que j'écris ce texte! Je suis allée sur une carte de Bretagne pour vérifier les emplacements et être sûre de ne pas écrire de bêtises. Je voulais ajouter que Rennes semblait jouer un rôle dans cette histoire puisque cette ville se situe dans le triangle et faire remarquer que juste à côté se trouve le village de Betton, ce qui me fait (un peu!) sourire car une de mes collègues porte le même patronyme. Peut-être un signe?

    Eh bien cela semble se confirmer car sur la carte que je viens de consulter sur internet, Betton apparaît en très gros : on ne voit que lui sur la carte! Je ferme l'image et je découvre un site sur Betton! Il est réalisé par des passionnés d'histoire et on y découvre toute l'histoire du village, et en particulier le meutre mystérieux du curé pendant la période révolutionnaire, l'existence de guérisseurs très réputés qu'on consulte de loin, et la pratique de la médecine dans le village.

    Je suis vraiment surprise. Yael me dit que je devrais me rendre dans ce village, car j'y ai a faire. Quoi? Je le découvrirais sur place j'imagine....


    votre commentaire
  •  

    Un beau jour, j'ai remarqué dans le fond du jardin une petite frimousse qui scrutait les alentours.

    Installée sur un bain de soleil, j'observais mon vieux chat qui se dorait au soleil. Il a « de la misère » ce pauvre chat. Son train arrière se paralyse.

    Petit à petit, la petite frimousse s'est enhardie...et un adorable minou ressemblant à s'y méprendre à félix le chat s'est approché de mon vieux matou à pas de velours.

    Après quelque temps, il s'est immobilisé derrière mon chat et s'est assis. Il est resté longuement ainsi, l'air pensif...

    Yael m'a dit alors: « ma minette (c'était de circonstance!), ce chat adore le tien. Tu verras, il va venir s'installer chez vous car il va adopter votre maison.

    J'ai été très surprise de cette affirmation, car ça ne me paraissait pas possible.

    Pourquoi ce petit chat aurait-il envie d'élire domicile chez nous?

    Et vous devinez la suite...le petit minou est revenu souvent, au début très discrètement, puis de plus en plus résolument.

    Il faut dire qu'il a été freiné dans ses élans par notre chien, un adorable boxer, qui n'apprécie pas du tout qu'on envahisse son territoue!

    Le pauvre petit chéri s'est fait courser de belle manière au début!

    Mais malgré ça, progressivement, il a osé pénétrer dans notre maison, le chien s'étant calmé

    Au début, la cohabitation entre les chats a été difficile. Arthur, notre chat, s'est senti envahi et feulait très fort contre la petite « cropette » qui se vengeait en lui sautant dessus par derrière de bon coeur.

    Mais cela se calme...

    Yael m'a dit aussi que Charly (c'est le nom que nous lui avons donné) adorait Michel, qu'il m'aimait beacoup, mais que par contre, avec ma fille, ce n'était pas ça...

    Et cela s'est vérifié en tous points! Ce petit amour s'est attaché très fort à mon mari. Il vient volontiers s'installer sur ses genoux et se laisse caliner avec volupté. Mon mari qui d'habitude à des relations très distantes avec les chats en est fou et le dorlotte avec plaisir.

    En ce moment, Charly fait des manoeuvres de rapprochement auprès de moi. Petit à petit, il s'installe de plus en plus souvent et de plus en plus près de moi.

    Quant à ma fille, il la fuit le plus souvent et reste le moins longtemps possible dans ses bras, à son grand regret.

    Yael pense que c'est parce qu'elle a trop envie qu'il l'aime. Il paraît que ça les fait fuir.

    Est-ce que vous n'avez pas l'impression que c'est pareil avec les Hommes?....














    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique