•  

    J'ai vécu de curieuses expériences avec les odeurs.

    La première fois, j'ai senti un nombre incalculable de fois des odeurs étranges et hors de propos. Cela pouvait être des odeurs très agréables, comme du parfum, comme très désagréable, comme du fromage bien fait. J'étais très intriguée et me demandait bien pourquoi. Jusqu'au jour où la responsable de mon mari m'a offert un livre intitulé « le parfum »! J'ai bien ri!

    La fois suivante, j'ai senti une odeur très forte de rose sur le col de ma chemise de nuit. Je ne me parfume absolument pas à la rose et ma lessive sent autre chose. Et cela sentait vraiment l'odeur de la fleur;

    J'ai compris pourquoi très vite. J'étais en train de lire un livre de Rosemary Altea « une longue échelle vers le ciel » et dans le chapitre que j'étais en train de lire, Rosemary explique que son guide lui montre un parterre de roses....Entre guides, il faut croire qu'on s'envoie des petits messages!

    La troisième odeur fut celle d'un cadavre. Cela sentait la mort quand j'étais assise sur mon canapé. Cela a duré plusieurs jours

    J'ai pensé que peut-être un animal mort se décomposait dans notre jardin, mais dès que je m'éloignais du canapé, je ne sentais plus l'odeur.

    Depuis, j'ai lu avec surprise dans le livre de Jean Pernin, «  passeport pour l'au-delà », qu'il lui était arrrivé une aventure similaire; Lui a senti une odeur de chair bruléé. Il paraît qu'il s'agit d'esprits qui se manifestent de la sorte. Yael me l'a confirmé.

    Enfin, Anthony m'a dit un jour avoir senti une odeur de tabac au bon accueil, alors qu'il est interdit de fumer dans les lieux publics.

    J'ai senti moi aussi une odeur de tabac, de cigare pour être précise, au même endroit quelques jours plus tard.

    Je l'ai senti à nouveau à Roanne, lors de ma rencontre avec Isabelle. C'est très fort, vraiment très fort, et ça ne dure pas longtemps.

    Yael m'a expliqué que quand je sentais l'odeur du cigare, je devais inviter la personne qui semble fumer à passer une radiographie, car elle pourrait avoir un souci au poumon, peut-être aussi grave qu'un cancer.

























    Mes progrès



    Depuis que je « travaille » avec Yael, j'ai fait des progrès.

    • Je pense à faire « le bisou » du matin à Michel, car Yael m'a fait remarquer que cela influait sur son humer de toute la journée.

    • Je marche tous les soirs pendant ½ heure chaque jour.

    • J'ai perdu 15 kilos et ne les reprends pas.

    • Je suis plus silencieuse, et le moulin à paroles que j'étais est loin

    • Je fais des mandalas avec plaisir

    • Je me suis mise à la peinture

    • Je parviens mieux à écouter

    • Je m'énerve beaucoup moins facilement

    • J'utilse le reiki

    • J'ai fait un travail sur le thème de la fidélité

    • Je vais voir maman toutes les semaines

    • Je ne critique plus les autres, ni oralement (ce que je faisais déjà très peu avant lui), ni dans ma tête, à part Michel, Anthony et Lucie car ce sont les plus proches dont on a le plus de mal à se distancier!

    • Je fais ma toilette plus soigneusement

    • Je me suis mise au ménage (petite rechute en ce moment...)

    • Je cuisine aussi davantage

    • Je suis plus élégante te me soucie davantage de ma toilette

    • Je dépense moins d'argent

    • J'ai pris l'habitude de m'excuser dans ma tête auprès des personnes que j'ai contrariée, et dont Yael me fait prendre conscience, et je constate que ces excuses mentales ont très souvent un réel effet sur les autres.

       














    votre commentaire
  •  

    Depuis que je suis avec lui, il m'arrive très souvent de sacrées (sans jeu de mots!) surprises!

    Par exemple, je rêvais de retrouver un livre de Cavanna que j'avais adoré « les écritures ». C'est une parodie de la bible, mais j'ai le sentiment que l'auteur en est plus proche qu'il ne veut bien le dire, car il a me semble-t-il une bonne connaissance de son sujet! J'ai ressenti plus de tendresse que de véritable moquerie et franchement, c'est très drôle. Le style de la bible est si bien imité que l'on ne peut s'empêcher d'admirer le travail de l'auteur...

    C'est un livre peu connu et qui risquait ne plus être disponible.

    J'ai regardé sur internet, et il y avait ce livre d'occasion. Mais j'ai hésité, car je n'aime pas acheter sur internet (je n'ai pas confiance dans la sécurité des modes de paiement).

    Et un jour, je n'y pensais presque plus, et, miracle, je trouve ce livre chez Tremplin! J'ai poussé un cri de joie. Quel bonheur! Et je ne l'ai payé que 35 centimes.

    A l'intérieur du livre, il y avait une image de la vierge.

    Quelque temps plus tard, j'ai eu envie de lire le livre du pape, « n'ayez pas peur ». Je me demandais comment je pourrais me le procurer, car c'était un livre pas vraiment récent, et je n'avais pas envie de le payer trop cher. Je doutais vraiment de le trouver à petit prix.

    Et à nouveau, miracle Tremplin, je le trouve! Je suis ravie! Et devinez ce que je trouve à l'intérieur? La même image de la vierge! (en un peu plus grand parce que c'est un livre grand format, alors que l'autre est un livre de poche)..Un clin d'oeil de l'ange? Peut-être, car ces deux livres abordent un thème religieux.










    votre commentaire
  • Avec Ernest, nous allons entrer dans le vif du sujet.

    J'avais lu un livre sur les tarots, dont j'ai déjà parlé: « le langage secret du tarot ». Je l'ai lu plusieurs fois. Il y est question d'un jeune homme qui apprend à utiliser les tarots, à l'aide d'un guide incarné.

    Un jour, le guide le fait entrer en contact avec des guides de l'autre côté et le livre explique comment établir ce contact.

    c'es ce que j'ai essayé de faire

    Le 31 janvier 2009.

    J'avais un crayon en main, que j'ai posé sur la dernière page du livre, et j'ai attendu.

    Très vite, le crayon s'est mis à bouger dans ma main. J'étais très excitée. J'ai senti que ma main bougeait, que quelque chose semblait s'écrire.

    Après un temps d'attente, j'ai ouvert les yeux et j'ai eu la surprise, après quelques traits hésitants, de lire très clairement « Ernest » à plusieurs reprises. J'étais stupéfaite!

    J'ai pris une feuille de papier ligné, et dès que j'ai remis le crayon sur la feuille,  « Ernest » s'est mis à écrire de plus belle. Spontanément, je lui ai posé des questions dans ma tête, et il m'a répondu sur le papier!

    Il suivait parfaitement les lignes, et son écriture était très belle, très scolaire, et pourtant, il attachait tous les mots et ne mettait pas de barre aux « t ». J'ai appris depuis que c'est la façon dont écrivent les esprits (enfin, pas tous! J'en reparlerais)..

    Par la suite, il a écrit plus librement, et ses écrits présentaient des particularités étranges: parfois, il intégrait des mots à l'intérieur d'autres. Par exemple, il écrivait je « t'aminettettends » pour « je t'attends ». Il intégrait aussi des coeurs attachés à une « ficelle » ou encore des « blblblblblbl » quand il était « fatigué ». Il prétendait être fatigué la journée et pouvoir mieux communiquer avec moi le soir.

    Il lui arrivait aussi d 'écrire en rond (ça, c'était quand il était très content), et de plus en plus petit quand il mentait, ou quand il voulait donner l'impression qu'il parlait moins fort. Il était aussi capable de me faire écrire de la main gauche à l'endroit, et de la main droite à l'envers aussi vite et bien que si j'écrivais normalement, mais pas avec un crayon, juste avec mon doigt. Je ne sais pas pourquoi.

    Pour être plus discrete, ou quand je n'ai pas de crayon sous la main, j'écris avec mon doigt. Cela me rassure, car j'ai plus l'impression que c'est une entité extérieure à moi qui écrit plutôt que moi qui déraisonne, car quand on entend juste une voix dans sa tête, euh... par moment ça fait peur.

    Un jour, Ernest, pour me prouver sa force, a poussé mon corps en avant sur mon évier, et je ne pouvais plus bouger, le nez à coté du pied du robinet. Si j'avais vraiment voulu, j'aurais pu me redresser, mais sa force était très grande, lui qui prétendait être si faible!

    Petit à petit, nous avons développé un mode de communication par téléphatie. Je l'utilise toujours, mais j'ai souvent besoin, pour me rassurer, d'écrire les messages avec mon index, car j'ai ainsi l'impression d'avoir affaire à une entité différente de moi, et non à mon esprit qui déraille.

    Il m'a appris qu'il était alsacien, qu'il vivait à Mollesheim, qu'il est né en 1874, et qu'il était chapelier.Le plus riche de la région. Tous les hommes voulaient porter ses chapeaux . Il fabriquait des hauts de forme, des chapeaux de curé (sic), des bérets.

    Il pratiquait la boxe française et il amait marcher dans la campagne avec son chien.

    J'étais très heureuse de ce contact. Je n'en ai parlé à personne. A personne, sauf à Anthony, en qui Yael a placé sa confiance à juste titre.Et encore, j'ai mis très longtemps à le faire. Michel aussi a été mis dans la confidence, mais il l'a très mal pris J'en reparlerai.

    Il m'a raconté toute sa vie: que sa maman s'appelait Francesca,son père Hans, ses frères et soeurs Monique, Marguerite et Bernard.

    Sa maman était très pieuse. Elle allait très souvent à la messe. Son père était souvent absent et en profitait pour ….faire des rencontres.

    Sa maman a accouché d'un enfant dans le laboratoire du restaurant où elle travaillait.

    Ernest avait commis un meurtre. C'était un accident. Il avait tué un homme qui s'était attaqué à sa femme et la battait. Il ne l'avait pas supporté et, en voulant défendre la femme avait tué l'homme.

    Or, d'après lui, le meurtre n'est pas pardonné facilement par Dieu. Il m'a demandé de prier pour lui. Je l'ai fait très volontiers, et moi qui ne savait pas trop ce qu'était une neuvaine, j'en ai improvisé une pour Ernest, pour le salut de son âme

    .Je sais à présent ce qu'est une neuvaine, et ce que j'ai fait n'était vraiment pas orthodoxe, mais il paraît que cela lui a fait beaucoup de bien car la prière est belle et fait beaucoup de bien aux esprits.

    Il était marié à une femme belle, qui l'a épousé à 15 ans sans aucune envie de le faire. Elle s'appelait Déborah et n'éprouvait pas de sentiment pour lui et ne pensait qu'à aller en ville pour s'étourdir avec des hommes et pour faire des emplettes couteuses de vêtements.

    Il était malheureux, car lui l'aimait follement et souffrait très fort de son indifférence.

    Il aimait la campagne et peignait. Il avait appris à peindre seul, et ses toiles avaient du succès.

    Je suivais des cours de peinture sur bois à l'époque, et je m'essayais à la peinture tout court.

    J'avais trouvé dans une revue un tableau à peindre qui me plaisait bien. J'ai essayé de le peindre seule. J'ai eu un peu de mal pour les ombres et j'ai demandé de l'aide à ma professeur. Elle a repris une partie de mon tableau, mais en voulant en reprendre une autre, j'ai fait une erreur et cela a plutôt gaché le résultat. J'étais très triste, car j'aimais ce tableau. Mais plus j'essayais de l'arranger, pire c'était. Michel qui me regardait faire se moquait de ce qu'il voyait.

    Et Ernest a alors accepté de m'aider.Il n'aimait pas le faire, et il ne voulait pas le faire, car, estimait-il, j'aurais été très humiliée par la comparaison.

    Il m'avait juste dessiné une maison alsacienne, à la perfection. Et j'avais d'ailleurs retrouvé exactement le même type de maison sur une carte postale qu'avait reçu maman. Il a aussi voulu faire mon portrait. Mon Dieu, quel horrible souvenir!

    Ca commencait plutôt bien, mais petit à petit, ça s'est gâté. Il me disait attends la suite! Donc j'attendais avec confiance, mais il s'est mis a tracer des traits si laids sur le dessin qu'à la fin, je faisais vraiment peur à voir.

    J'ai été très déçue par cet épisode pictural.

    Pour en revenir à notre peinture, il a pris possession de ma main, et il a peint à ma place. C'était plutôt réussi, mais je lui ai fait remarquer que le petit chemin qu'il avait repeint ne partait pas droit. Il a accepté ma critique et a recommencé, et maintenant le petit tableau est très bien; Et je n'ai plus entendu Michel en dire le moindre mal!

    Ernest ne souhaite pas que je vous le montre. C'est dommage, car c'est un joli tableau. Pas extraordinaire, nous sommes d'accord, mais très sympa. Et ce doit être un des rares tableaux a avoir été peint par trois personnes différentes, dont un esprit, si l'on exepte Gasparetto*!



    Il aimait lire aussi. Beaucoup.Bien qu'il n'aie pas beaucoup de temps, car il travaillait énormément.ll aimait tout particulièrement les livres de poésie, et appréciait Victor Hugo et surtout les contemplations.

    Il était très triste, car il ne pouvait pas jouer avec moi et faire des mots croisés. Il avait perdu sa capacité à le faire, alors qu'il se débrouillait bien sur terre.

    Il avait l'impression de ne rien pouvoir faire avec moi et en souffrait. Moi, j'étais si bien avec lui que peu m'importait qu'il ne m'apporte rien de «concret ». L'important pour moi, c'était juste qu'il soit à mes côtés, qu'il m'apprécie comme j'étais et qu'il soit gentil.

    Il vendait ses chapeaux à un commerçant du village qui les exposait dans son magasin. Les affaires marchaient bien, mais il était très inquiet car il avait peur de ne pas pouvoir faire face aux dépenses de sa femme.

    J'arrivais à le visualiser: il était très élégant: pantalon, gilet, chemise blanche, jabot, veste longue, cane et chapeau haut de forme.Il portait des bijoux qu'il adorait et, détail curieux, avait les mains rouges. Il était grand, mince, blond aux yeux bleus, et posait sur moi un regard très doux et très tendre, un peu mélancolique.

    Petit à petit, Ernest est devenu un ami. Il a commencé à se mêler de ma vie. Il faut dire que je lui avait dit qu'il devait se sentir chez moi comme chez lui.

    Il ne se l'est pas fait dire deux fois, et ce cher Ernest a décidé de revoir ma garde robe!

    Il s'est planté avec moi devant ma penderie et a inspecté les rayons.

    Il disait: «  Il faut que tu sois élégante. Ca, ce n'est pas élégant, tu le jettes!

    Les couleurs qui te vont, c'est le blanc, le beige, le marron le rose, et le bleu. Et c'est tout. Le reste, tu jettes ».

    J'ai effectivement jeté (enfin plutôt donné chez tremplin) énormément de vêtements et sans aucun regret.

    Ernest à voulu me faire jeter une salopette courte en jean: là, j'ai refusé. J'aimais beaucoup cette salopette, et finalement, il me l'a fait essayer et à trouvé que mon « ensemble » (presque tous mes vêtements pour lui étaient mes « ensembles » ) m'allait très bien;

    Ernest aimait beaucoup l'ordre. Il se plaignait beaucoup de mon « foutoir ». Il m'a obligée à ranger mes affaires dans toute la maison! Et je le remercie encore aujourd'hui, même si progressivement le « foutoir » reprend ses droits. Je vais tâcher d'y mettre bon ordre (c'est le cas de le dire!) car je sais que même Ernest parti, le désordre pourrait me jouer des tours.

    Il trouvait par exemple que sous l'évier de la cuisine, ce n'était pas bien rangé du tout. Il a patienté longtemps, en attendant que je me mette au rangement, tout en me prévenant que ça ne durerait pas toujours. Et mal m'en a pris de ne pas tenir assez compte de ses avertissements! Un (beau?) jour, nous avons entendu un drôle de bruit sous l'évier. C'était comme si il y avait une très grosse fuite, comme si l'eau coulait sans discontinuer. Michel a vérifié au compteur: il ne bougeait absolument pas! Nous avons appelé le plombier et, ne trouvant pas l'endroit de la fuite, il a supposé que c'était dans le mur. Il a dû dériver le tuyau sur presque toute la longueur du mur, traversant plusieurs pièces, et nous obligeant à vider intégralement (et donc à ranger!) le dessous d'évier! Depuis, je me méfie des demandes deYael (qui a remplacé Ernest) et j'essaie autant que possible de leur donner suite rapidement pour ne pas risquer de nouveaux « rangements » express!

    Il m'attendait à mon réveil, et me demandait si j'avais passé une bonne nuit. Il me parlait très gentiment et me suivait partout. A mon travail, il se tenait tranquillement derrière moi et j'aimais sentir sa douce présence.

    Il tenait beaucoup à ce que je bouge mon corps. Avec lui, j'ai pris l'habitude d'aller marcher tous les soirs. Pendant une demi-heure. Le temps ne me paraissait pas long, car il me parlait pendant toute notre promenade.Il aurait aimé aussi que je coure, mais il pensait à mes genoux qui étaient fragiles et risquaient de souffrir.

    Ernest me « berçait ». Il agitait mon corps de droite à gauche, vraiment comme s'il me berçait. C'était très agréable, surtout le matin, avant de commencer le travail.



    Il bougeait ma cuillère dans mon yaourt et me faisait la tourner d'une drôle de façon dans le pot.

    Il s'était mis en tête que je devais me laver parfaitement. Aussi devais-je prendre deux douches par jour et il me « lavait les dents ». Je m'explique: je mettais la brosse à dents dans ma bouche, et il agissait sur ma main pour que je fasse bouger la brosse comme il le souhaitait. Il faisait durer le brossage très longtemps et finissait toujours par le même mouvement. Je savais que c'étati fini!

    Je dois reconnaître que même maman a remarqué combien mes dents étaient blanches. J'ai constaté aussi avec quelle douceur il agissait, alors que moi, je suis une brute. Mes brosses à dents ne font jamais long feu!

    Il m'appelait « minette », ou « ma chérie » « ma puce », « bichette »..., me faisait énormément de compliments. J'étais merveilleuse, extraordinaire...

    Tellement,que même si c'est très vrai (je rigole!) au bout de quelques temps, je trouvais qu'il en faisait vraiment trop. Au bout de quelques temps seulement, hein!

    Régulièrement, il me « nettoyait » l'aura. Il me faisait faire des mouvements saccadés avec le bras pour me faire comprendre qu'il « frottait » mon aura.

    Il me tordait aussi le bras très fort, en me disant qu'il me faisait de la médecine tibétaine.

    Il s'est occupé aussi de mes cervicales, qui d'après lui étaient très abimées (et il est vrai que j'en souffrais très souvent) de si belle manière que même après des heures devant mon écran, je ne les sens plus.

    Il a prétendu soigner aussi mon épilepsie. Et il est vrai que depuis 6 mois je ne prends pratiquement plus de cachets, et que malgré ma fatigue et les innombrables émotions fortes que je vis, je ne fais pas de crises.

    Il était en rapport avec d'autres esprits qui voulaient m'aider: d'après lui, il y avait un médecin tibétain, un vieux sage chinois et aussi des « managers » qui me trouvaient très bien au travail.

    Aujourd'hui, il auraient sans doute changé d'avis!

    Ces esprits sont intervenus pour me dire que tout allait bien et que je devais continuer mon travail. J'ai toujours trouvé étrange qu'ils aient eu la même voix qu'Ernest.

    Ernest m'a demandé de dire une neuvaine pour lui. J'étais très ennuyée. Car pour une neuvaine, il fallait un chapelet, et il fallait connaître les « paroles ».

    Michel m'en a trouvé un chez Tremplin, et comme je n'ai pas trouvvé le texte, eh bien j'en ai improvisé un que j'ai répété tout un chapelet. Il a été très ému que j'aie fait ça pour lui. Et moi très heureuse de l'avoir fait.

    Nous avons eu énormément de conversations tous les deux et nous sommes faits des confidences. Ernest m'a aidé à faire le deuil de mon père, et aussi un peu de ma fille.

    Il savait me consoler, et je l'ai consolé aussi de certains de ses chagrins. Notre relation était forte et belle.

    J'étais bien avec lui. Je l'aimais beaucoup. Je cherchais sans arrêt des objets en rapport avec l'Alsace pour lui faire plaisir. Il était très touché de mes attentions et les appréciait vraiment. Il était très sensible et assez exhubérant.



    Il me parlait d'Anthony et m'en disait du bien. Il prétendait qu'il était gentil, très sensible, très intelligent, triste d'avoir le sentiment de n'être apprécié que pour son physique, et qu'il se sentait seul car il ne s'entendait pas bien avec son petit frère, et parce que sa maman n'était pas très disponible.

    Quand à Michel, il me disait qu'il était réservé, qu'il ressentait des émotions très fortes qu'il ne savait pas toujours gérer, ce qui le rendait nerveux et suceptible.Qu'il était très amoureux de moi, mais qu'il pensait qu'il n'était pas assez bien pour moi, et que c'est pour cette raison qu'il me faisait souffrir

    De moi il disait que je serai très célèbre car mes oeuvres seront universelles, que je rencontrerai les « grands de ce monde », et que j'ai le don d'enseigner...

    Ernest m'a aussi promis des voyages astraux. Nous avons fait une tentative. Mais il m'a emmenée au frontière de la mort, et j'ai refusé de le suivre, malgré toute l'affection et la confiance que je plaçais en lui.

    Il m'a dit aussi que je verrais les auras et que je saurai lire les pensées des hommes.

    Une autre fois, il a voulu me conduire, toujours en « voyage astral », au fond de la mer. C'était très plaisant, j'avais vraiment l'impression d'y être, mais pas vraiment d'un voyage astral.

    Nous sommes aussi allés dans une île où j'ai visualisé des maisons rondes sur pilotis, et d'après ce que j'ai vu sur internet, il semble s'agir de la polynésie.

    Un jour, je me suis mise à trembler de tous mes membres, si fort que j'étais terrifiée.

    Impossible de calmer ces tremblements, et cela a duré ce qui m'a semblé une éternité. Depuis, Yael m'a expliqué que cela préfigurait ce qui pourrait arriver dans les prémisses d'un voyage astral. Je l'ai lu aussi dans un livre de Rosemary Altéa, et c'est seulement à ce moment-là que j'ai compris le sens de ces tremblements.

    Mais tous ces « voyages » ne furent, d'après ce que m'a expliqué Yael, qu'un avant-goût de réels voyages astraux que je serai amenée à faire avec lui plus tard...Hum! Je demande à voir!



    Quand j'allais dans les farfouilles, il m'accompagnait bien sûr, et y a pris goût petit à petit. Lui ne connaissait que les antiquaires, et au début il n'appréciait pas trop ces sorties. Mais il a changé et s'amusait finalement autant que moi de cette chasse aux trésors.

    Il avait beaucoup d'humour aussi. Et j'ai éclaté de rire toute seule plus d'une fois en écoutant ses bêtises.

    Par exemple, j'ai un badge au travail. Il est accroché après un cordon autour du cou.

    Ernest m'a dit un jour « il est très joli, ton petit tablier... ». Ca m'a follement amusée et j'ai eu bien du mal à expliquer au collègue qui m'accompagnait le motif de mon hilarité!

    De mon côté, je n'étais pas en reste, et j'ai imaginé pour lui des voyages... en voiture!

    Nous partions tous les deux, par l'imagination bien sûr, et il m'emmenait à Venise, pour un séjour très romantique (il faut dire que j'avais un petit beguin pour lui!) et aussi en Corse, où lui, si timide, a enfin osé parler à des hommes . Des gens d'un village très sympatiques, et avec qui, après que je l'aie rassuré et encouragé, il a engagé uue longue conversation qui l'a enchanté.

    Il était extrèmement sensible aussi. Par moment il pleurait. Et j'avais les larmes aux yeux quand il pleurait. Il était vraiment relié à moi.

    Ernest pouvait être grave aussi, et il me parlait de sujets sérieux. J'ai retrouvé ce que j'avais écrit à l'époque et qui est un extrait de nos échanges:



    «  Ce soir, Ernest est plus grave que d'habitude: il a beaucoup, beaucoup de choses à me dire.

    Je n'aime pas trop quand il dit ça: je crains toujours une mauvaise blague ou une mauvaise nouvelle.

    Quand nous sommes tranquilles, il commence:

    -Ecoute ma chérie, écoute avec attention ce que j'ai à te dire, car c'est très important, là. En fait, tu n'es qu'au début de ton évolution. Tu as énormément de choses à apprendre. Je te les apprendrais, ma chérie, tu verras. Dieu m'a envoyé auprès de toi pour remplir une mission. Il fallait que tu lui demandes pardon poour ton âme. Tu l'a fait et ma mission est en partie terminée. Mais je lui ai demandé de rester auprès de toi pour t'initier à d'autres choses.

    • Ah bon?

    • Oh écoute-moi, ne m'interromps pas s'il te plait, j'ai énormément de choses à te dire et je n'ai pas beaucoup de temps Tu vas vivre de longues années encore, tu le sais, mais j'ai tant de choses à te dire et à te faire découvrir que je dois me dépêcher.Je veux te raconter l'histoire de la terre.

    • L'histoire de la terre? Allons bon (comme vous pouvez le constater, j'ai une sacrée conversation!).

    • Oh oui, tu as très bien entendu. L'histoire de la terre.

      Au commencement il n'y avait rien, tu le sais, toi qui a lu beaucoup de livres sur ce sujet. Tu sais que à la base de tout il y a le néant. Que si on fractionne les atomes et qu'on va à l'infiniment petit, il n'y a plus rien.Tout l'univers a été créé à partir de rien.

      Tu sais, pour ça, les scientifiques ont vu juste, mais c'est bien Dieu qui a eu la volonté de créer la terre, c'est bien lui qui est à l'origine du monde, car il l'a voulu ainsi. L'évolution des espèces décrite par les scientifiques est très juste aussi, c'est bien vrai et ça s'est bien passé comme ça.

      Les hommes ont fait partie de cette évolution et se sont répandus un peu partout sur la terre. Voilà la vérité. Mais il y a une suite à cette histoire, que tu dois connaître: dans quelques siècles tout au plus, la terre va disparaître, détruite par les hommes.

      Tu sais, tu as lu dans un livre il y a très longtemps qu'il y a un peuple qui vit dans les entrailles de la terre, et tu as bien ri quand tu as lu ça à l'époque, n'est-ce pas?

      Tu t'es dit que l'homme qui a écrit ça était complétement cinglé. Et pourtant c'est la vérité, ma chérie. Ce peuple a développé une civilisation très différente de la civilisation sur terre. C'est un peuple doux et pacifique qui ne connait pas la guerre et la haine. A cause de ça, ils sont très fragiles et les hommes les détruiraient sûrement s'ils les découvraient. C'est pour ça que l'accès à leur peuple est si difficile. Il se situe près du pôle. D'ailleurs certains géographes ont constaté que le pôle n'est pas glacé par endroit.

    • Tu sais, Ernest, je l'ai lu quelque part, ça, et ça m'a étonnée. Ca me rappelle une autre de mes lectures: Il y était questrion d'une civilisation esquimau qui ne connaissait pas le crime. Ton histoire m'y fait penser.

    • Oh oui voilà, c'est ça. Ce sont des explorateurs de ce peuple qui se sont perdus et qui n'ont pas eu d'autre choix que de s'installer où ils pouvaient.

    • Oh là là, Ernest, j'ai bien de mal à te croire!

    • Je le sais, ma chérie,je le sais:mais j'ai encore d'autres choses à te dire.Mais je te les dirai demain. Je te laisse dormir. Bonne nuit ma douce chérie. A demain.

      Oh là là: Alors là! C'est le remue ménage dans ma pauvre tête.

      Mon Ernest adoré qui se transforme en gourou new-age! Me voilà belle!

      Je l'aimais bien moi, mon adorable petit alsacien timide et si mignon! Et voilà qu'il change et qu'il m'annonce la fin du monde avec gravité, alors qu'il n'aime rien tant que faire des blagues! Pauvre de moi! Et en plus, ce n'est que le début de ses révélations. Misère, je crains le pire!

      Le lendemain soir, nous reprenons notre conversation, car dans la journée, c'est plus difficile. Il y a la vie qui mène son train et qui n'est pas propice aux graves échanges philosophiques.

    • J'ai encore des choses à te dire, ma minette, des choses incroyables tu verras. D'abord, il faut que tu saches que tu vas voir les auras. Tu verras, c'est très spécial, tu vas être très surprise, ma chérie,. Une aura, c'est une peu difficile à expliquer, mais ça ressemble à un flash dans la nuit, au niveau intensité. Tu vois, c'est un halo lumineux qui entoure des êtres et les choses. Il est coloré et la couleur change en fonction de l'état d'âme et de l'évolution de la personne;

      Ce sera très amusant. Ca te premettra de tout savoir sur la personne: son histoire, ses traumatismes, son état d'esprit, tu verras, c'est très interessant. Je t'apprendrais à les lire.

      Tu dois aussi savoir que tu vas pouvoir lire dans les pensées. Il te suffira de te concentrer sur la personne qui t'interesses et tu pourras lire ses pensées! Tu sais déjà lire les miennes n'est-ce pas? Alors pour les autres se sera pareil.

    • Mais Ernest, toi tu me parles, mais les autres, ils se parlent à eux-même, comment veux-tu que j'entende ça, moi!

    • Tu verras, tu verras, Tu les entendras très bien. Je t'aiderai au début à savoir quand tu auras bien entendu, mais petit à petit, tu les liras toute seule et tu entendras aussi bien que tu m'entends moi.

      J'ai encore autre chose à te dire: ma puce, demain..

    • A demain, mais je n'y crois pas beaucoup à tout ça tu sais.

    • Oh oui, je le sais très bien et je te comprends. Moi à ta place, j'aurais déjà fui en courant, tu penses! Déjà, discuter avec un esprit, ca aurait suffi à me faire fuir, mais tout ce que je te raconte là m'aurait fait dresser les poils d'effroi. Tu sais, je ne suis pas aussi courageux que toi,moi. Oh non! Je n'ose pas comme toi. Allez, je te laisse dormir. A demain.

    Le lendemain, à peine éveillée, Ernest est là.

      • tu es réveillée, ma chérie? Ecoute, j'ai encore des choses à te dire. Tu vas m'écouter attentivement car ce que j'ai à te dire est très important.

    Dans l'après-midi, Ernest et moi allons sur internet, il adore ça! Moi aussi d'ailleurs mais je veille à ne pas en abuser. J'y vais essentiellement pour m'informer et me divertir un peu. La vraie vie pour moi n'est pas dans le monde virtuel. Je préfère le contact avec les vrais gens. Oh je sais, vous allez me dire « Et Ernest alors? » Oh oui,bien sur, mais Ernest et moi avons des échanges philosophiques très réels.

    Je profite donc de ma visiste pour rechercher des informations sur un magazine aujour'hui disparu et que j'adorais « Actuel ». (vous vous souvenez, j'en ai acheté des exemplaires sur une brocante). Je tombe par hasard sur un hommage au créateur de ce magazine recemment décédé par deux journalistes. Ils faisaient partie de l'équipe rédactionnelle du journal.Ils évoquent avec tendresse et humour cet homme si particulier et qui leur a tant apporté. C'est grâce à lui qu'ils ont réellement appris leur métier, au prix d'un travail acharné même si la forme était très ludique.

    Je suis contente et émue de retrouver l'un des deux journalistes dans cet hommage. La veille je lui ai envoyé un message enthousiaste pour lui exprimer (sur facebook) toute ma reconnaissance pour les bonheurs de lecture qu'il m'a apportés et combien je trouve qu'il est l'image même pour moi d'un excellent journaliste: qulqu'un de curieux de tout et qui sait rendre accessible à tous les informations qu'il a collectées.

    Et il a eu la gentillesse de me répondre dès le lendemain matin alors qu'il a sûrement beauoup d'autres occupations!

    Ernest, lui, a sauté comme une puce d'exicitation à deux reprises: quand il vu que le journaliste me répondait, et quand il a eu fini de visionner la vidéo.

    C'était du délire! Il était très enthousiaste. Il trouvait le journaliste merveilleux, très drôle et très sensible et il a adoré l'interwiew. Il était dithyrambique, je n'arrivais plus à l'arrêter.

    Et quand je lui ai expliqué que ses livres paraissaient chez un éditeur célèbre, il s'est écrié: « mais bien sûr, que je suis bête, mais bien sûr: c'est à lui qu'il faudra envoyer ton livre, à lui! Tu verras, il va t'adorer et il va le faire lire à son éditeur qui en sera fou lui aussi: Voilà, c'est ça que tu dois faire: voilà! 

    Je savais que tu rencontrerai un messager qui te guiderait vers un éditeur, mais je ne savais pas qui.; Voilà, Ton livre c'est ta mission à toi.Il va servir à éveiller les consciences: Les gens sauront bien que tu dis la vérité, tu verras. Ils le sentiront que ce livre leur dit la vérité: Il va les faire réfléchir.

    Il faut que tu saches aussi autre chose: tu vas adopter des enfants: Tais- toi! Ne dis rien et écoute: Je sais bien que tu n'y crois pas une seconde, mais c'est pourtant ce qui va se passer:

    Et tu seras très heureuse: Ces enfants et leurs enfants vont t'apporter beaucoup de joie. Et les tiens aussi. Ils auront des compagnons de vie très bien choisis.

    Tu auras des petit-enfants adorables et qui adoreront leur mamie. Eh oui, ma chérie: Je connais tout de ton futur, mais je ne pouvais pas te le dire avant car tu n'étais pas prête. Maintenant tu l'es et je vais tout t'apprendre et tu l'écriras dans ton livre. Ecoute, mais écoute donc:Ne te distraies pas avec ce qui se passe autour de toi: Tu sais moi aussi je pourrais être distrait: Avec tous ces gens autour de moi qui ne font que de gémir et de se plaindre: Alors tu te concentres et tu écoutes! J'ai encore autre chose à te dire:Tu seras aidée dans ta tâche par une gouvernante qui s'occupera de l'intendance.

    Oh là là! Ca commencait à faire déjà beaucoup, là!Je ne savais pas si j'avais envie de rire de ce taquin d'Ernest, ou si je devais prendre au sérieux tout ce qu'il me chantait là.

    Comme il lit toutes mes pensées, celles-ci ne lui ont pas échappé bien sûr!

    • Oh je sais bien que tu te demandes si c'est du lard ou du cochon tout ce que je te dis là,mais je t'assure que c'est la vérité, tu dois me croire, ma chérie. Je sais bien que tu ne crois pas un mot de tout ça, et je te comprends, crois moi, mais c'est vrai, c'est vrai! C'est Dieu qui m'envoie: Je suis en mission: Tu dois me croire, tu en auras la preuve très bientôt.

      Tu vas être extrèmement sollicitée! Tu vas devoir traiter avec ton éditeur, répondre aux jounalistes, tu sauras très bien te partager mais tu seras sollicitée quand même. Tu vas recevoir énormément de courrier. Tu demanderas à ton sécrétaire de faire un tri dans tes lettres et de te transmettre toutes celles qui répondront à tes critères. Il faudra que la demande soit désinteressée. Tu devras garder ton calme en toute circonstance! Tu vas avoir des gens à aider, ils vont te raconter des choses bouleversantes, mais toi, tu ne devras pas pleurer avec eux pour pouvoir les soutenir vraiment.

      Plusieurs fois, entre chaque révélation, Ernest me disait:

    • tu le crois, ma chérie, tu le crois?

      Et moi:

    • Oh non, oh non!

      Ou alors

    • Je ne sais pas, peut-être, mais c'est vraiment énorme!

      Et là, Ernest éclatait de rire et me disait « Eh non, ce n'est pas vrai c'est une blague, je te raconte des histoires! ».

      Au début, je m'énervais, je pleurai même et puis j'ai réfléchi: ça ne ressemblait pas à Ernest !Il aimait les blagues, certes, mais pas si longues, et il savait ce qu'il risquait! Que je ne lui parle plus pendant des heures et ça tout comme moi, il déteste.

      Alors j'ai décidé de lui faire confiance,.Après tout, qu'est-ce que j'avais à perdre? Au point où j'en étais...

      Plus tard, j'étais en train de lire un article de Patrice Van Eersel dans le magazine nouvelles clés, quand Ernest me dit:

    • Oh regarde, mais regarde ma chérie, C'est sûr, maintenant, c'est lui, c'est bien lui le messager: Il sera scotché par ton livre parce que tu vas y raconter des choses que tu ne soupçonnes pas encore , mais qui vont l'interesser . Il aura envie de te rencontrer, il viendra te voir ici, dans ta maison. Il sera très surpris car il va rencontrer une femme simple et douce qui vit dans un milieu qui n'a rien à voir avec tes préoccupations. Il te présentera ses relations professionnelles et ses amis et il te prêtera des livres car il a accès à des connaissances que tu n'a pas. Et tu rencontreras aussi d'autres écrivains, tu verras! Je sais bien que ça ne te paraît pas possible, mais tu verras!

    Ernest ne voulait pas que je reste sans rien faire, aussi étais-je occupée du matin au soir. Je devais faire le ménage à fond, écrire ce que l'on se racontait, prendre 2 douches par jour, me promener etc... etc...

    J'étais exténuée!

    Par la suite, ma relation avec Ernest s'est détériorée. Il est devenu tellement odieux qu'un (beau?) jour je l'ai chassé en criant de toutes mes forces « Ernest, je te chasse! ». Il m'avait pourtant prévenu que si je le chassais, je chassais Dieu. Mais je n'en pouvais plus, et je n'ai pas pu faire autrement.

    depuis, de nombreuses choses prédites se sont produites, mais pas toutes, loin de là, et mon taquin d'ernest est parti avec son secret: est-vrai? est-ce faux? à moi de le découvrir au fur et à mesure de ma nouvelle vie!

     





























     


    votre commentaire
  • récit écrit sur le vif lors de mon séjour chez mon fils en 2011

    Avant de m'y rendre, j'étais déjà en contact avec Yael depuis longtemps. Et il m'avait parlé de Mickael.

    Ce petit garçon est mort dans un accident de voiture. Il avait 13 ans et s'est fait renverser par une voiture.

    J'ai été en contact avec lui. Il m'a souvent parlé.Il était extrèmement attachant et me disait « eh, m'dame, tu sais quoi? » pour amorcer chacune de ses phrases.

    Ce petit m'aimait beaucoup et il adorait Anthony. Il lui a même parlé à plusieurs reprises, mais Anthony était extrèmement dérangé par ses propos, car il parlait de ses sentiments pour moi...entre autres.

    Il m'a demandé de retrouver sa maman, car il avait un message pour elle. C'était le message suivant:

    « Je suis bien là où je suis. J'amerais bien revoir ma maman pour de vrai. Elle me manque un peu mais pas trop. Elle doit pas mourir. Son Mickael l'attend mais pas tout de suite.

    J'ai froid un peu, c'est froid là où je suis. C'est pas comme à la maison, y a pas de chauffage. Il faisait chaud à la maison. J'ai pas vraiment froid mais j'ai pas chaud. Je suis bien, c'est pas ça, mais j'ai pas chaud. Elle a pas a se faire de souci, je suis bien, j'ai des amis. Les amis la-haut c'st pas pareil. J'avais plus d'amis sur terre.

    Ici c'est des amis différents. Comme le monsieur qui te parle.

    J'ai plus envie de pleurer. Je me sens bien. J'ai mes amis comme le monsieur. Je veux pas que ma maman soit triste de m'avoir disputé.

    On ment plus de l'autre coté. J'ai vu mon grand père. Il a plus de cheveux, encore des dents mais pas beaucoup. Il avait un petit chat gris Titou.

    J'ai vu ma grand-mère Jeanne aussi. Elle avait du poil au menton. Elle avait au moins 50 ans.

    Je suis pas triste mais des fois j'aimerai bien être avec elle. Il est parti mon papt.

    J'étais méchant. Je tirais les cheveux des filles.

    Je me battais. »

    Anthony savait que je devais le chercher, comme Mélinda Gordon du feuilleton « Ghost Whisperer », et il semblait tout content ; Il n'envisageait même pas que je ne le retrouve pas.

    Je me suis d'abord demandée comment je pourrais retrouver sa trace. Et je me suis dit que la meilleure solution serait de dire aux gens que j'étais en train d'écrire un livre qui parle de phénomènes paranormaux et qu'entre autres je cherchais à rencontrer la maman du petit Mickael qui aurait contacté un médium pour avoir des nouvelles de son fils. Et que j'aurais souhaité avoir son témoignage.

    Je vais donc vous raconter ce qui s'est passé lors de ces vacances, pendant que j'essayais de retrouver la maman de ce petit. J'ai tout noté au jour le jour pour m'en souvenir.







    20/06/2011



    J'ai fait un beau rêve ce matin.

    J'étais dans un centre commercial (une grande librairie?!) et un jeune homme noir me tend un livre gratuit petit format.

    Je découvre un peit présentoir avec plein de marque-pages. « Servez-vous ». Je me sers, j'en prend plusieurs. Arrivent une collègue et une autre dame qui en veulent aussi. J'en prend encore quelques-uns, dont un du signe du verseau. Ils sont très beaux et très colorés en pastel.

    Yan s'est levé et nous avons déjeuné tous les deux.

    Puis il est parti travailler. Je suis restée avec Yael qui m'a proposé mon planning: visite de l'office du tourisme, du Progrès, de l'association et des gens sur le port, et déjeuner sur les quais.

    Je vais donc en direction de la ville, mais j'hésite devant le Progrès, car c'est ma première idée. Yael m'entraîne à l'office du tourisme par des chemins détournés. Mais c'est fermé. Je suis déçue. Je peste un peu.

    Ensuite, je retourne devant le Progrès mais je n'ose pas entrer. Je vais au centre ville, qui est en travaux. Démoralisant!

    Juste avant, je suis allée à l'association. La dame à la réception, qui n'a pas d'informations, m'envoie au «Pays Roannais », le journal local.

    je m'arrête vers une école.

    Il y a plusieurs dames qui attendent devant l'entrée. L'une d'elle semble vouloir me parler. J'explique ce que je cherche.

    Après une hésitation compréhensible au début, elles se mettent à parler.

    L'une d'elle me raconte qu'elle a essayé de contacter des esprits.

    Elle avait 15 ans. C'était sa grand mère qui dirigeait la séance. Ils étaient 5. Elle est entrée en contact avec une amie de son âge décédée d'un cancer . L'esprit a parlé de son frère décédé lui aussi. Elle a eu très peur, car elle a senti une présence dans son dos et un souffle.

    Elle m'a expliqué que sa grand-mère mirait les oeufs (les momifiait)

    Elle m'a donné l'adresse de sa grand mère.

    Une autre femme me raconte qu'elle a vu sa mère décédée en haut d'un escalier. Elle était habillée tout en blanc . Elle lui a répété deux fois son prénom et elle a disparu.

    Quand elle était jeune mariée, elle a vu aussi des taches de sang qui revenaient sans cesse sur le linge blanc. Le phénomène n'a cessé que lorqu'un prêtre a béni la maison.

    Ces femmes m'expliquent aussi qu'il faut casser le verre avec lequel on a travaillé pour chasser les mauvais esprits, que dans la religion musulmane on croit aux esprits, mais il ne faut pas les contacter car on peut tomber sur de bons ou de mauvais esprits et que c'est risqué (exactement ce que me raconte Yael!).

    Elles évoque les « 7 esprits, 7 nations, 7 prophètes »

    Elles parlent aussi des feux follets qu'elles prétendent avoir vu.

    L'une d'elle me dit que son arrière grand père était un sorcier blanc.

    Elle-même soigne les douleurs avec des massages.

    A midi, je vais manger au port dans un petit restaurant. Repas sympathique et gens aussi.

    Salade verte-accras de morue, Roti de porc-pâtes en gratin, fromage-bavarois framboise-café 12 euros.

    Puis discussion sur le port avec un monsieur qui était greffier au tribunal de Marseille, sur de nombreuses affaires: drogue, vol, prostitution, travestis...

    Visite d'une exposition de peinture d'Adrien Montagne. RDV pour plus tard.

    Allée au journal « Le Pays ». Au secrétariat de rédaction. Je dois revenir car ils n'ont pas d'infos.

    Allée chez la grand-mère de la Dame de l'école. Habite dans un logement vétuste avec sa fille. Je dérange car la fille regarde la télévision et attend l'infirmier pour la grand mère. La pauvre est alitée et a des escarres.Le spectacle de ses jambes décharnées et couvertes de plaie me met très mal à l'aise.

    Quand je dis à la fille queje viens de la part de la dame, elle m'ouvre volontiers et m'explique que la grand mère lève le feu. Elle dit une prière et après plusieurs consultations, la personne guérit.

    Quand j'évoque, le prénom de Mickael, la vieille dame réagit très fort et répète le prénom. Elle semble vouloir parler, puis se ravise et dit qu'elle ne connait pas de Mickael.

    Au moment de mon départ, elle me dit qu'elle voudrait se suicider, mais qu'il ne faut pas, et qu'elle est mieux alitée car comme ça elle n'est pas tentée de prendre des médicaments. Je crois comprendre avec le recul qu'elle essaie de me dire qu'elle est bien médium, car on sait que le suicide est moche quand on en en contact avec un guide.

    J'admire leur perroquet gris du gabon et je repars.

    Je suis très choquée par ce que j'ai vu et entendu. J'ai du mal à m'en remettre. Je prends une douche pour me détendre sur les conseils d'Armand et je vais faire quelques courses chez simply market.

    Yan rentre contrarié parce que sa voiture a un souci. Il est rassuré en lisant le mode d'emploi: ça n'a pas l'air grave.

    21/06/2011

    Pff! Quelle journée! Pas terrible.

    Le matin, Yael me raconte que Yan est parti sans emporter à manger . Super! Et même pas vrai!

    Je vais au Progrès. Ils n'ont pas d'archives. Il faut aller voir à la médiathèque.

    Ensuite je vais au marché.Pas d'infos.

    Devant l'école, je retrouve la dame qui a changé de version. Comme j'ai perdu mes lunettes de soleil, je me dis que c'est peut-être chez la grand-mère. Elle va vérifier si elle les trouve elle me les rendra.

    L'après midi, je vais à la pharmacie qui m'indique le chemin pour me rendre chez les petites soeurs des pauvres. J'y vais, mais c'est très fermé et ça ressemble plutôt à une résidence pour personnes agées de luxe.

    Yael me dit que je dois absolument être devant la librairie Chapitre à 10heures. Coute que coute, car je vais le rencontrer.

    Je me précipite à l'heure dite, mais en chemin, je me trouve derrière une vieille dame qui essaie de traverser la route. Je consulte l'heure Je ne suis pas en avance, mais j'estime que je devrais avoir le temps et qu'aider la vieille dame à traverser est plus important que le rendez-vous.

    Je lui prends son chariot de commissions et arrête une voiture afin de faciliter sa traversée de la chaussée.

    Elle me remercie me parle un peu d'elle: elle vit seule et ne veut pas être une charge pour ses enfants et me dit d'une voix forte « avec de la volonté, on peut tout ».

    Je vais ensuite à la librairie Chapitre et j'achète des DVD sur le paranormal, un livre sur les anges gardiens Puis j'ai repéré un agenda (grâce à Armand) et aussi une BD par le biais d'un livre qui en parlait. Il s'agit du « triangle secret » qui traite de sociétés secretes si j'ai bien compris, qui est un sujet que j'aurais à étudier pour une raison qui m'échappe.Il a déjà été question plusieurs fois de franc-maçonnerie et je me demande bien pourquoi.

    Il y a des jeunes gens qui semblent chercher un livre : le tao te king de Lao Tseu. J'ai essayé de les aider à trouver, mais j'ai fait chou blanc. J'aurai mieux fait de me taire.Certains étaient très moqueurs mais l'un d'entre eux avait l'air vraiment intéressé. C'est dommage, il se sont sauvés.

    Je cherche aussi le maître de lumière, mais il faut le commander.

    Je tourne en rond en ville en hésitant à retourner chez la grand-mère. Finalement je renonce, avec un sentiment de honte de moi.

    Je vais à la galerie expo: j'achète 2 cartes. Le peintre m'en offre une.

    J'achète aussi de jolies cartes dans un magasin catholique.

    Je visionne un des DVD sur l'au-delà. C'es très intéressant. On voit les méthodes des médiums qui semblent sincères et « efficaces ».

    Je m'arrête à la brasserie Alsacienne. Je bois un radeau et je discute avec deux dames et l'une d'elle me parle d'un soin de brûlure par téléphone.

    L'autre dame a été infirmière et évoque une aide-soignante qui était appelée par les médecins et aidait à soigner les brûlures, apparemment à l'aide de prières et de soins.

    Elle évoque aussi les malades en fin de vie qui voient une douce lumière;

    Elle m'explique aussi qu'en cas de mort clinique le cerveau ne fonctionne plus mais il est roujours irrigué.

    Ceci expliquerait cela.

    En bref je ne suis pas ravie. J'ai peur de décevoir Mickael parce que je n'ai même pas le courage de retourner voir la grand mère.

    Petites joies:

    • j'ai retrouvé mes lunettes

    • ma première ampoule (j'ai tant marché que j'en ai aux deux pieds!)claque sans que j'aie mal.

    • La deuxième ne me fait absolument pas mal malgré des chaussures serrées et même pas de pansement.

       

    22/06/2011



    J'ai oublié de noter quelque chose hier(l'épisode de la vieille dame) et Yael me l'a rapelé.

    Il m'a expliqué qu'en aidant la vieille dame, j'ai su reconnaître le Christ.

    Il m'a parlé très solennellement ce matin. J'ai cru entendre les anges de Gitta Mallaz!

    Il m'a vouvoyé, m'a invité à le vouvoyer aussi. M'a dit que ma mission c'était très sérieux.

    M'a expliqué que la vieille dame que j'ai aidé à traverser la route m'était envoyée elle aussi et que j'avais sur reconnaitre le Christ (hum!).

    Je suis ensuite partie en ville. Le matin, je me suis endormie jusqu'à 10 heures. Ensuite, j'ai essayé (et j'y suis arrivée) de retrouver mon chemin pour aller chez la grand mère. Je suis montée jusque chez elle. Mais je n'ai pas osé frapper et je m'en veux. J'y suis retournée à 11h et là la porte était close.

    Entre temps, j'ai cherché des chaussures, mais elles ne me plaisaient pas et j'ai trouvé une montre, qui, ça ne s'invente pas, est de marque « Ernest ».

    Il y avait un énorme choix. Elles étaient toutes de la même marque, toutes! J'ai hésité longtemps et Armand me disait « Ne fais pas attention au bracelet, choisis une montre qui soit très lisible » et j'en ai trouvé une à très grand cadran avec de gros chiffres noirs, très sobre, comme je le souhaitais.

    Seul le bracelet m'a contrariée car il est un peu large; Je l'ai payée 6,90€ et j'en suis folle!.En plus du reste, elle cache un petit secret charmant,que je n'ai découvert que plus tard: sous les chiffres,il y a comme des petits diamants qui se reflètent sur le bord de la montre très discrètement. Moi qui disait justement que j'adore les diamants, c'est vrai que Yael m'en à reparlé ce matin et c'est une jolie coincidence.

    Ensuite je me suis arrêtée dans une boutique de cadeaux. J'ai trouvé une petite fée pour Eric! Elle est superbe, avec un « diamant » Swarowsky. Elle était marquée à 4 euros et la dame me l'a fait payer 2 euros.

    Et j'ai repéré un magnifique indien qui me plait . Je vais voir si Yan accepterait de le prendre pour l'anniversaire de son père.

    J'ai regardé un DVD sur les guérisseurs. Très intéressant aussi. Il y a le Dr David Servan Schreiber qui témoigne. Je suis très touchée car cet homme se meurt d'un cancer du cerveau. Je prie pour lui.

    Je regarde ensuite un DVD de Harry Potter, mais j'ai des maux de tête très forts et je ressens un immense malaise, vraiment très fort. Et de l'oppression.

    C'est très violent. Ca se calme petit à petit. Mais ça ne fait vraiment pas de bien.Armand me dit que j'aurais l'explication ce soir.....Affaire à suivre.

    Mais que cela n'avait aucun rapport avec mes proches.

    J'ai parlé à des gens qui attendaient le bus. Ils ne croient pas du tout au paranormal. Ils m'ont parlé d'un charlatan qui prétendait soigner avec des abeilles et qui les a escroqués.

    J'ai essayé d'aller à la médiathèque, mais la pluie m'a arrêtée.



    23/06/2011

    Yael me conseille d'aller au cimetierre.

    Je me prépare et Yan se lève et décide de m'accompagner. Super!

    Une dame charmante nous accueille danns le 1er cimetierre. Il y a deux cimetierres à Ro anne même.

    Elle cherche sur son ordinateur et ne trouve rien.

    Elle me renvoie au deuxième cimetierre où nous cherchons le nom sur une borne informatique. Rien.

    Une homme qui nettoie les allées nous accompagne au cimetierre. Ce monsieur se dévoue très fort pour nous aider. Il fait vraiment tout son possible pour retrouver la tombe. Il a beaucoup de mérite car il s'occupe de l'entretien des deux cimetières et a beaucoup de travail. Nous le remercions très chaleureusement pour sa gentillesse remarquable et le mal qu'il s'est donné pour nous.

    A midi, nous mangeons au restaurant, mais ce n'est pas l'idée de Yan qui n'avait pas envie d'y aller. Il ne décroche pas un mot de tout le repas, dit que c'est pas terrible. Je suis triste et déçue. Moi qui voulait lui faire plaisir! Je pleure Il pensait que je voulais qu'il paie, ce qui est faux!

    Nous nous expliquons et ça va mieux. Mais je suis très décue car rien de neuf du côté des dames du restaurant. Tant pis.

    Nous allons chez chapitre et il trouve des DVD et m'offre un agenda et un livre de Musso.

    Nous allons ensuite dans le magasin où j'ai acheté la fée. Une autre dame est dans le magasin. Elle est très aimable. Yan craque sur le bel indien de la vitrine et l'achète pour son père. Nous discutons avec la vendeuse . Elle me dit que sa grand-mère « conjurait »; Elle disait une prière et pratiquait des soins.

    Elle-même a été brûlée à 4ans par la porte du four ouverte et sa grand-mère a soufflé sur les brûlures et a prié.

    Un pompier aurait été initié et aurait réussi à sauver un chat.

    Isabelle (elle me dit son prénom) m'offre de l'encens et me dit qu'elle souhaiterait me parler autour d'un café.

    Elle me demande mon numéro de portable car elle souhaite qu'on se revoie le jeudi suivant.Je doute qu'elle me rappelle mais je tâcherai de garder mon portable en marche, on ne sait jamais. Elle me parle aussi d'un magnétiseur installé à Riorges. Je vais essayer, essayer d'aller le voir. On ne sait jamais non plus...

    Le soir, nous allons faire des courses

    Après le souper, je discute avec Yan. Et je suis épatée, car non seulement il a recherché ce qu'il pourrait trouver au prénom de Michael sur son ordinateur, mais il a aussi recherché plus loin encore, sans que je le lui ai demandé et il a cherché même dans les archives de Roanne! Franchement , je n'aurai jamais cru que les hommes se donneraient tant de mal pour m'aider dans mes recherches. Certains sont vraiment merveilleux et cela me comble et me rassure sur la nature humaine.





    24/06/2011



    Super journée! Je pensais rester tranquille car Yael m'a dit repos, mais le matin, je pars en promenade avec Yan. Marché aux légumes très grand (différent du mercredi).Plein de gens, que j'aurai bien aimé interroger, mais Yael ne veut pas que je travaille.

    Nous allons ensuite (trop vite pour moi) sur le marché aux vêtements. Puis au centre commercial (Carrefour, Casa..) puis au cinéma.

    Puis au centre ville.

    Nous allons ensuite chez Yan. Au menu, salade à la Yan (comté, Féta, Salade verte sauce crème +salade). Côte de porc et compote.

    J'appelle Michel et Lucie, qui me donne ses horaires de travail. Puis nous allons à la médiathèque. Je recherche les avis de décès dans le progrès du 25/4 au 30/04/2OO5.

    Mais là encore sans résultat.

    Je suis dépitée.

    Puis au retour, , pas de place de parking.Nous repartons au côteau au carrefour Market. J'achète un MP4 qui ne fonctionne pas bien. L'Univers a été généreux et nous a gardé une place pour la voiture de Yan à notre retour.

    Je me mets en colère parce que tout va de travers et je doute de cette mission avec les esprits , et même de l'intérêt de mon livre..S'il n'y a pas les esprits, qui peut être intéressé?

    Je devrais travailler dix ans avec eux mais je crois bien que c'est faux. Anthony sera déçu et moi aussi.

    Ce qui me déçoit le plus, c'est de me dire que je ne suis peut-être pas vraiment en contact avec le petit que je m'y suis terriblement attachée et que si ce n'est pas vrai c'est cruel, mais pourquoi,

    Que cette mission soit fausse, encore, mais que ce soit faux pour ce petit si craquant, M..., P....! Fait ch....!

    Comment jouer le jeu avec Anthony si je n'y crois plus?

    Nouvelle surprise avec la montre. Yael me dit que les « pierres » sont des diamants.Et le bracelet devient irisé, comme si il était couvert de poudre de diamants.

    Je suis découragée à nouveau mais jirai jusqu'au bout pour pouvoir rentrer la tête haute, en me disant que j'aurais tout tenté! Car jusqu'à mainenant je ne suis sûre que je n'ai rien trouvé qu'en ce qui concerne le décès de Mickael.

    Je ne regrette pas, dans le sens où cette rechreche m'a appris beaucoup. Mais j'ai mal, car cela ne donne rien. Je suis sincère en disant que c'est la quête qui compte , mais si elle pouvait aboutir à quelque chose, ce serait bien;

    25/06/2011

    Ce matin, j'ai dormi longtemps. Je me suis levée à + de 10 heures!

    J'ai discuté avec Yan et j'ai pleuré à cause de Claudine. Ca m'a fait du bien.

    Yan a pleuré aussi je crois. J'espère que je ne le traumatise pas trop en lui montrant mes émotions.

    Le pauvre! Super vacances avec sa mamounette!

    Cet après-midi et demain, c'est repos du guerrier. Peut-être ciné dimanche si Yan est toujours décidé.

    Je discute beaucoup avec Armand aujourd'hui. Malgré tout, je continue à y croire. Ce qui me chagrine, c'est que je ne comprends plus ce que je suis sensée faire ni si je dois vraiment le faire. Mais je vais continuer parce que j'apprends beaucoup sur moi et sur les Hommes. Certains sont vraiment fantastiques et si modestes! Ils mériteraient des décorations pour leur abnégation. Grâce à Yael, j'ai la chance d'entrer en contact avec des êtrees fantastiques et rien que pour ça, ça vaut le coup!

    A midi, saucisses petits pois carottes.

    Yan est parti cet après-midi à Gifi. J'ai posté la carte pour Michel.

    Impossible de charger ce foutu MP4! Il ne fonctionne pas. Yan essaie de le brancher sur son ordi protable et miracle! Il semble enfin se charger. Armand m'explique que « c'est voulu », pour que je puisse le fairee à la maison. (ça m'évitera de brancher le chargeur, ce sera plus simple).

    Je suis un peu effarée par le travail qui m'attend, mais en même temps ça me va.

    Oui! Ca t'ira de plus en plus car tu vas t'habituer à ce nouveau rythme de vie et ça te plaira très fort. Ne te fais aucun souci, tout est en ordre pour tu ailles bien sur terre et de l'autre côté.

    26/06/2011

    Ce matin réveil à 9h30! Décidément! Je me lève tard à Roanne!

    Je regarde la suite de Harry Potter puis vers mdid j'appelle Michel et Lucie. Ils ne répondent pas. Puis appel de Lucie. Yan et moi, on souhaite un bon anniversaire à Michel. Ils sont allés au marché et manger à la cafétéria.

    Je regarde la fin d'Harry Potter, mais je ne me souvient pas du film. Quelle frustration. Je ne retiens que quelques petites choses mais pas tout. Et impossible de regarder un un film d'une traite.

    J'ai repris mon MP4. J'ai trouvé un jeu de casse-brique dessus. Ca me plait. Il a l'air super bien et performant 2GO de mémoire, c'est pas mal!. Armand me dit que je pourrais peut-être charger des chansons directement du lecteur CD. A voir. Yan a réussi à charger une image. Je pourrais peut-être aussi. Seulement il ne semble pas garder la charge très longtemps.

    27/06/2011

    Ce matin debout à 9h30. Je suis allée continuer mes recherches sur le port, côté gauche.

    J'ai d'abord rencontré un homme qui m'a dit qu'il y a eu une voyante installée sur l'autre côté des maisons mais elle n'y était plus cela faisait longtemps . Qu'il habitait là mais inl n'a pas entenu parler d'un Mickael.

    Je suis ensuite entrée dans un immeuble où le nom des gens m'a inspiré. Ils hatitaient au 1er étage et m'ont ouvert et parlé volontiers. La dame travaille à l'hopital. Je n'ai pas su comment lui parler de la maman de Michael ni de son travail car j'avais peur de déranger. L'homme était gentil lui aussi.

    J'ai ensuite rencontré une femme dehors. Elle était « folle » de voyance. Elle m'a dit consulter par téléphone. Elle est au chômage, mais c'est sa petite folie, ces consultations. Je ne sais pas pourquoi, je lui à proposé un tirage des tarots. Elle était très contente et n'en revenait pas.

    Je suis rentrée chez elle et son appartement était très joli.(celui des gens aussi. La table était mise pour deux. J'ai supposé qu'elle avait un mari. Elle m'a dit qu'elle avait une demi-soeur qui était dans « l'amour est dans le pré » et qui enseignait le yoga qu'elle avait appris au Mexique. Je luis ai donc tiré les tarots. J'étais gènée par le résultat qui ne m'a pas inspirée. C'était un tirage sentimental. J'espère ne pas avoir trop dit de bêtises, mais je ne me suis pas trop mouillée. Les voyants par téléphone m'ont paru fins dans leurs propos qu'ils ont tenu à cette dame. Elle m'a offert un verre d'eau et de sirop et m'a donné ses coordonnées pourque je la préviennes quand mon livre serait paru. (les gens doutent moins que moi!).

    Elle a trouvé mon nom de plume « joli et breton ».Elle était prête à me trouver des clients et à me proposer des sous! J'ai ensuite continué le long du quai en recgardant les noms sur les boîtes aux lettres. Il y avait un magnétiseur avec une plaque. Je n'ai pas eu le temps de tenter ma chance. J'ai continué de l'autre côté du quai, rien non plus et beaucoup de digicodes.

    Sur le chemin du retour, j'ai repéré un magasin ésotérique. J'irai sans doute y faire un tour pour acheter un cadeau à Lucie et pour mes petites affaires.

    Puis je suis allée acheter des cartes postales et destination bureau de tabac. J'ai pris aussi une revue de scabble pour maman.

    Nous sommes allés faire les courses à Simply Market.

    Yan a cuisiné des cuisses de poulet et des pâtes. Il a été très surpris car l'eau des pâtes n'a pas débordé (pas d'écume).

    L'après midi, je suis de nouveau de sortie. Je vais au « Pays » où il n'y a pas de nouveau pour moi. Je vais ensuite devant le magasin d'articles ésotériques. Il est fermé. C'est lundi! J'ai mis du temps à le réaliser...Je passe devant la boutique du peintre et je photographie un beau tableau, mais la vitrine se reflète dans la photo et ça donne une photo très originale! Je suis dessus aussi et on dirait un fantôme: très amusant.

    Je suis allée ensuite chez Monoprix et j'ai acheté des cartes et un pot de crème Nivéa soft.

    Le soir à la télé, j'ai regardé « l'amour est dans le pré » en essayant de n e pas juger les gens qui participaient. Ca commence à venir.

    Je n'ai pas été très sympa avec Yan car il a essayé de répondre à mon portable et j'étais contrariée d'avoir manqué l'appel alors que c'était télé2 et pas la dame de la boutique.

    J'ai regardé « belle toute nue » qui décomplexe un peu. Après tout, je ne serai sans doute pas plus moche que certaines à poil (et même plutôt pas mal, au niveau des jambes).

    « Si tu crois que je te mens tu te trompes. Je te dirai bien que je te raconte des histoires mais ce n'est pas vrai. Ton avinir est tout tracé et il sera beau. Seuls les détails dépendront de toi. Tu es l'instrument de l'Univers pour vivre de très belles choses qui enchanteront les hommes. Ta vie va être très différente. Je t'y prépare patiemment. Tu seras une idole pour certain hommes, comme cette femme qui se s'en remet pas. Elle a adoré ta visite et elle va en parler autour d'elle.en bien. Tu as été si gentille avec elle. Elle te bénit de ta gentillesse. Elle n'oubliera jamais ta visite. Un ange tombé du ciel, c'est ce qu'elle a pensé de toi. Tu es ça pour les hommes. Anthony a des choses à apprendre de toi avant son départ pour Lyon. Car il part bientôt.Mais il restera. Tu ne dois rien regretter car c'est lui qui est tombé amoureux Il a eu le coup de foudre dès qu'il t'a vu! Dès qu'il t'a vu! Mais tu étais plus vieille et plus moche que lui et c'est pour ça qu'il ne t'a pas draguée à fond tout de suite.

    Il a mis 10 jours à craquer. Dix jours! Et depuis il te raconte que ça va pas avec sa copine et c'est très vrai. Elle ne compte plus mais elle l'aime et ça le bloque car il est fidèle aussi ».



    28/06/2011



    Le matin, je vais en ville. J'ai rendez-vous (d'après Yael) chez la grand mère à 10h30. En chemin je croise une dame agée qui porte du pain. Un énorme sac de pain très lourd. Je lui propose mon aide qu'elle refuse geniment. Elle me dit que c'est pour son cheval.

    Je cours à mon RDV et je m'affole car je me perds. J'arrive quand même à l'heure. Je frappe (doucement) personne ne répond. Je descends et j'attends 10 minutes. La dame ne revient pas.

    Je repars. Je vais à la mairie. Je regarde des objets du jumelage. Très variés. Je demande mon chemin à la dame de l'accueil qui m'envoie aux archives de l'autre coté de la rue. Je rentre dans le complexe administratif très froid. Je trouve le bureau de la vie scolaire où on ne peut me dire où se trouve le collège le plus proche du port et on me renvoie à l'inspection académique vers le cimetierre.Je me dis que c'est trop loin et décide de ne pas y aller.

    Je vais ensuite acheter des revues.

    Je prépare le repas de midi.

    L'après midi, je vais au cinéma avec Yan voir le « pirate des caraibes – La fontaine de Jouvence ».

    Ce film est en 3D. Nous recevons des lunettes spéciales et le film est impressionnant. Certaines scènes sont saisissantes à cause de la 3D (un chariot en feu, des lianes, des épées tendues vers le spectateur....)

    Je n'aime pas beaucoup ce film que je trouve très long (2h18).

    Surtout la fin avec des sirènes très méchantes qui entrainent les hommes violemment dans la mer.

    Jack Sparow, le héros, est très spécial. Il sauve une femme puis l'abandonne sur une ile déserte. Elle a bu de l'eau de jouvence et va donc rester sur cette ile seule très longtemps, si ce n'est pour l'éternité.

    Yael me dit que Sparow c'est moi parce que je ne suis pas aussi sentimentale que A et que je me détache très vite pour passer à autre chose. Pas lui et qu'il faut faire attention à ses sentiments.

    La sirène qui a embrassé le curé qui accompagnait l'expédition et dont il est tombé amoureux l'a entrainé dans l'eau car c'est sa nature, mais avec douceur et il me semble qu'il est mort heureux car il n'a pas perdu son âme.Il lui a enseigné la douceur , l 'amour(?). Le problème pour Yael, c'est qu'il lui a imposé ça, ce que je ne dois pas faire...paraît-il.



    Ensuite je suis entrée dans une librairie que je connais et dans la librairie plénitude, où il y a beaucoup d'articles ésotériques.

    J'ai discuté un peu avec le libraire qui m'a remis des catalogues.

    Il m'a expliqué qu'il était comptable et qu'il avait acheté le fond. Qu'il n'y avait pas de hasard. Je pense retourner dans sa boutique, peut-être demain.



    29/06/2011



    Ce matin je pars à la recherche de la librairie Plénitude. J'entre dans la boutique et cherche un cadeau pour Lucie et des livres pour moi. Je trouve un livre sur une NDE et un autre sur une femme en contact avec l'au-delà, un bracelet pour Lucie ,un porte bonheur pour Yan et une carte pour Michel.

    Une dame entre dans la boutique. Elle discute avec le propiétaire qui ne m'a visiblement pas reconnue.

    Entre une autre dame. Armand me dit « écoute bien la conversation ». La dame dit qu'elle va faire un stage de reiki à Rennes (enfin assister à une réunion, je ne sais plus trop) pour l'intronisation d'un homme qui va devenir Reiki do (maître reiki). Le patron lui répond à peine, par monosyllabes.

    L'autre dame reprend la conversation après son départ. Elle dit qu'elle doit y aller pour acheter des chaussures pour un baptème.Elle reste pourtant dans la boutique.

    Je sens qu'elle n'a plus envie de partir. Elle tourne et moi aussi. J'attends le moment où elle va partir pour poser mes questions au libraire, car elles sont un peu spéciales et je ne voudrais pas d'oreilles indiscrètes.

    Comme elle ne part toujours pas, je demande au patron s'il a le livre « le maître de lumière » et sur la géomancie. Non. Je lui parle de mon projet. Il me donne les coordonnées d'un homme médium en contact avec son fils et m'indique le chemin.

    Il me dit que cet homme parle avec les animaux (je crois).

    Je pense le contacter jeudi après-midi. C'est Yael qui me le conseille, car il prétend qu'il sera chez lui, et qu'il pourra me recevoir le vendredi ou le samedi après-midis.

    Je lui explique que pour ma part , je « parle » avec les chats par télépathie et il ne semble pas surpris et même plutôt approbateur.

    En rentrant, surprise! Le téléphone portable sonne. C'est Isabelle! Incroyable! On se fixe rendez-vous le lendemain matin devant la taverne alsacienne à 10h.

    L'après-midi, nous allons au musée Déchelette .Une expo d'un artiste anglais (Day), me surprend. Il s'agit de sculptures en perspective très impressionnantes. J'en prends des photos. Je revois aussi certains tableaux avec plaisir et nous allons régler le loyer de Yan. Puis nous allons au bureau de tabac oùYan achète 2 astros. Il gagne et me propose de retourner au centre ville. Je voulais y aller de toutes façons car il y a eu une fuite de gaz juste à côté de la Taverne et comme ça, je serai rassurée (ou non!) pour demain matin.

    Je retourne au centre ville ERDF s'occupe de la fuite et tout va bien à la Taverne. Je reprends 2 billets d'astros, mais ils sont perdants. Le soir nous mangeons la tarte de la boulangère et une « salade du chef » (salade verte, féta, tomates). Une tuerie tellement c'est bon.









    Jeudi 30/06/2011

    Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec Isabelle. J'ai un peu le trac. Je la rejoins à la Taverne et elle est déjà là. Elle me fait la bise et nous nous installons à une table. Elle a de l'autorité. Voici ce qu'elle me raconte:

    Sa tante conjurait . Elle faisait une prière et soufflait sur la douleur. Elle le faisait directement sur la personne, on encore à partir d'une photo.

    Une femme a été brulée par une cocotte à la poitrineElle même l'a été par la porte d'un four. Sa tante lui a fait mettre de l'huile . Cela a duré assez longtemps, mais elle n'a pas eu de cicatrice.

    Elle conjurait aussi les maux de dents. Elle prenait de la salive , l'appliquait sur la dent malade et récitait une prière.

    Un jour, Isabelle mangeait un pot au feu avec sa tante. Elle avait 18 ans. Elle s'est sentie mal.Elle à juste dit « Aie, j'ai mal » et elle s'est évanouie le nez dans le pot au feu. Elle est tombée inconsciente et elle a vu au loin une grande lumière très attirante. Elle a vu défiler sa vie. Elle n'a pas ressenti d'émotion particulière. Elle ne sait pas pourquoi cela s'est arrêté, mais elle est reveune à elle.

    Elle n'a pas d'idée du temps que le phénomène a duré, mais pour sa tante il a été interminable.Ensuite, elle ne s'est pas sentie bien.

    Le médecin lui a prescrit un traitement d'un mois contre les spasmes qu'il avait diagnostiqué. Il ne l'a pas trop crue quand elle a raconté son expérience.

    Elle a connu aussi une chouette effraie qui « annonçait la mort ».

    Quand elle a perdu son père, elle ne savait pas quoi faire pour une question immobilièreet à un stop, elle a entendu une voix (celle de son père?) qui lui a dit « garde la maison, continue ».

    Elle a vécu aussi une autre expérience à 19 ans.

    Avec des camarades de classe, elle a essayé de contacter des esprits. Elles se sont mises dans une pièce obscure.

    Elles ont mis des lettres de scrabble en rond autour d'une table et au centre de la table un verre et un galet

    Elles pensaient que le galet allait bouger. Mais finalement c'est le verre. Elle ont posé des questions, le verre bougeait pour donner les réponses. Elles ont posé une question à sa grand-mère sur un examen et a eu une réponse juste.

    Une cliente lui a dit un jour « vous n'avez pas fait le deuil de votre père. Votre patronne, c'est pas ça... ».

    Elle lui a offert une carte avec un nénuphar, et Isabelle l'a mise avec un Boudha et elle respire devant cette image pour se détendre.

    Elle lui a aussi conseillé de ne pas mettre les dragons à côté des anges, ni des objets africains dans une chambre.

    Je lui ai parlé de mes propres expériences et elle a semblé impressionnée. Elle m'a conseillé de me remettre en contact avecmon guide. Elle m'a raconté des choses de sa vie privée et nous nous sommes quittées. Elle souhait svoir si l'indien a fait plaisir à Michel. Je vais tâcher de la rappeler pour le lui dire.

    L'après midi vers 14 heures, j'ai appelé monsieur Pernin pour lui demander un rendez-vous .

    Après quelques réticences, il m'a accordé, comme me l'avait prédit Yael, une entrevue chez lui le lendemain après-midi.

    J'ai très fort le trac...Je me demande ce que ça va donner. Yael me dit que je n'ai rien à craindre, que ce sera très fort. Plus encore qu'avec Isabelle. Eh bé! Ca promet

    Vendredi 01/07/2012

    Ce matin, je suis allée sur le marché aux légumes et à la demande d'Armand. J'ai reconnu le chemmin jusque chez Monsieur Pernin. Heureusement car le chemin est long, il faillait au moins ½ heure. J'ai fait 2heures de marche aujourd'hui!

    Au retour Yael m'a dit il faut te préparer à être bouleversée par le message de ce monsieur. Essaie de ne pas craquer.

    Bon, je me suis sentie détendue pourtant. Sauf sur le chemin pour aller chez lui. J'ai patienté ¼ d'heure dans un square en attendant l'heure du rendez-vous.

    Je suis montée à l'étage où il habite.

    La porte était ouverte. J'ai sonné et j'ai attendu qu'il vienne. Il est arrivé avec le sourier et m'a fait entrer. Il est grand, mince avec des cheveux blancs et il m'a offert le café.

    J'ai été très surprise car je ne m'y atendait pas.

    Ensuite il m'a posé des questions . J'étais très génée car j'ai du lui parler de Mickael et surtout de mon contact avec un esprit.

    Il n'a pas trop accroché là-dessus.

    J'ai parlé de Claudine.

    Il a apporté un dossier et m'a montré d'abord des radios, avec l'image d'un visage qui apparaît sur ses propres radios.

    Il a aussi un pendule avec une roue de lettres, ce qui me paraît étrange. Il a aussi une chemise, mais je ne me souviens plus de son contenu;

    Nous parlons alors d'exorcisme. Il me dit que la possession se voit dans le regard du possédé.

    Apparemment, il travaille avec une image de Jésus. Il en a une dessinée par un peintre qui a vu son image dans le cile. Il l'a d'ailleurs installée en face de moi pendant toute la conversation, d'après Yael pour vérifier si je n 'étais pas possédée. Ouf! Appparemment non!

    Il a pratiqué des exorcismes par téléphone. La personne devait allumer une bougie. Il fait des prières et le signe de croix. Et avec des photos.

    Un vent très fort a souffé et l'esprit a semblé partir.

    Pour moi, il exorcise des mauvais esprit, pas du diable.

    Il a exorcisé une bergerie avec le portrait de Jésus. Des bêtes étaient malades appraremment suite à des pratiques de magie noire de la belle-mère . Il prononce la phrase « Esprit, sors de ce corps, au nom de Jésus je te l'ordonne »

    Pour entrer en contact avec les esprits, ce monsieru utilise le pendule et la télépathie.

    Il prend son pendule et sa table de lettres et commence à se servir du pendule qui oscille entre les lettres.

    Et il se met à me délivrer des messages sans que je lui demande rien!

    « On me parle de Louis, ou Louise, ça vous parle?

    Ca ne me disait strictement rien!

    « Ca ne fait rien,vous chercherez »

    Message: « sois confiante pour la suite de ta vie »

    On me parle de Marie, ça vous dit?

    Peut-être ma maman..

    Il pense que c'est ça.

    « Il faut la préparer, elle va bientôt me rejoindre » dans quelques jours, quelques semaines, quelques mois... »

    Nous parlons de foi et il me dit que les catholiques sont les plus difficiles à convaincre de l'existence de l'au-delà.

    Pourtant Jésus est rescucité, mais pour lui ce n'est pas pareil.

    Il me parle ensuite d'un Benoît.

    Je ne sais pas qui ça peut être à part Benoit XVI. Il rit et me dit que Benoît va disparaître de façon brutale.

    « Je scrute ton coeur ma chérie ».

    A nouveau il me parle de Louis. Il est sur que c'est Louis et pas Louise Il insiste pour que je reprenne contact avec Chantal « tu lui diras que c'est moi qui te l'ai demandé ».

    Puis il me parle de Henri. Je suis émue. Je pense à mon tonton Henri. Il me dit qu'il est avec son père, qu'il n'a pas souffert , qu'il a eu un passage en douceur.

    Il me dit qu'il faut clarifier ma situation rapidement. Tu en sortiras plus forte pour les combats futurs.

    Puis il parle de «  Bernard. Il y a un problème avec Bernard.

    L'envol est pour bientôt.

    Tu ouvriras la porte à maman. »

    Charles, un ancêtre.

    « Bientôt la vie t'apportera de nouvelles joies.

    Il y a une page à tourner.

    C'est certain, si elle ne la tourne pas, elle sera très malheureuse'.

    Il dit alors « Vous êtes guidée ».

    Parfois, pendant qu'il faisait bouger son pendule, Jean soufflait fort, il semblait comme en transe.

    Il m'a dit aussi que mon père, c'était Yvon. Je lui ai dit que non, mais il a redit Yvon.



    Il m'a expliqué qu'il avait exorcisé des chevaux, qu'il recevait des messages d'animaux. Et que depuis il ne mangeait plus de viande.

    Il m'a dit aussi que les objets se chargent. Que les objets ont une mémoire,. Que le matériau vit. Ce que j'ai découvert de mon côté à travers mes objets.

    Il m'a affirmé qu'il y a des esprits qui n'acceptent pas d'être morts et restent attachés à la terre. Par exemple, certains alcooliques continuent à s'attabler au bar où ils avaient l'habitude de boire.

    Il prétend qu'il faut garder son intégrité physique. Ne pas donner ses organes car il ne faut pas torturer son corps. Yael pense, lui, qu'il ne faut pas le faire pour une autre raison. Il prétend que ce corps physique a lui aussi une mémoire, et qu'il ne faut pas la donner à un autre être humain. C'est apparemment ce qui est arrivé à une actrice célèbre, Charlotte Valandrey, à qui on a greffé un coeur et qui a vécu des expériences négatives depuis cette intervention et qui le raconte dans un livre*



    « De coeur inconnu » Charlotte Vilandrey editions cherche midi

    Il me parle aussi d'un Pierre. Mais je ne vois pas de qui il peut s'agir. Peut-être mon parrain.

    Il m'a lu des extrait de ses livres au fur et à mesure de la conversation. Et je lui ai acheté le premier: « messages de l'au-delà ». A la fin de l'entretien, il m'a serré la main très chaleureusement et m'a souhaité bonne chance pour mon livre.

    Yael m'avait dit le mercredi « ma chérie, attends-toi à avoir des émotions demain et vendredi. Ce sera fort jeudi, mais encore bien plus fort vendredi.Tu seras bouleversée par ce que tu vas entendre. Téléphone au monsieur jeudi, je pense qu'il te recevra vendredi, ou alors samedi. Appele-le à 14 heures et si tu ne l'as pas réssaye à 10 heures.

    Tu verras, tu seras très bien reçue. Ce monsieur est très beau physiquement (il veut dire sans défaut physique et agréable à regarder) et il te fera du bien par ce qu'il va te dire ».

    Le soir, j'ai parlé à Yan (un peu!) de ce qui s'est passé.

    Il m'a étonné car il croit aux esprits et cela ne lui a causé aucun problème. Il a été choqué que Jean pratique des exorcismes car pour lui (et pour moi aussi) c'est réservé à certains prêtres catholiques.

    J'ai prétendu que ce monsieur pratiquait des exorcismes de lieux plutôt que de personnes. J'y ai réfléchi depuis, et il me semble qu'il pratique un exorcisme des esprits malveillants, plutôt que du diable, ce qui n'est pas pareil.

    Yael me demande de corriger le tir et de demander à Yan d'être discret.



    02/07/2011

    Samedi matin. Matinée canapé.

    L'après-midi, je vais sur le port pour essayer de recueillir des témoignages au café; Il est fermé. Yael m'a demandé d'aller au café et dans 2 maisons. La première à l'air fermée et je n'ose pas aller dan la deuxième. Je me sens penaude et pas fière de cette lâcheté, mais Mickael me rassure en me disant que ce n'est pas grave et que j'ai au moins eu le courage d'essayer. Et qu'il n'aurait jamis cru que j'en ferais autant pour lui, ni certaines personnes qui m'ont aidée.

    Je m'en veux car j'ai cru Yael qui m'a dit que c'était mieux comme ça pour la maman du petit car ça la remuerait trop si elle a déjà fait son deuil de son fils. Peut-être qu'au contraire cela l'aurait réjouie et rassurée de savoir qu'il est bien là où il est ? Tant pis, c'est fait. Il ne sert à rien de regretter. Emotionnellement, je pense que ça devait être au-dessus de mes forces.

    Le soir, Armand me dit « attends, laisse-moi un moment on m'appelle ». Il revient un peu plus tard et m'explique qu'il a eu un contact avec les jeunes qui sont avec Olivier (le fils du médium) Ces jeunes gens lui ont dit que j'étais jolie et que (sic!) je savais bien mettre « mon cul en valeur »! Je suis à la fois choquée et amusée par leurs propos. Je ne ssais pas si c'est vrai mais si oui, ma foi, ça fait plaisir!

    J'ai discuté aussi avec Mickael et il m'encourage.

    03/07/2011

    Le matin, nous partons de Roanne avec Yan. La veille, j'ai parlé à Minette . Je lui ai expliqué qu'elle allait venir chez moi, mais provisoirement et que ce n'était pas à cause de moi qu'elle venait chez moi!

    Nous ne l'avons pas entendue de tout le trajet.

    Yan était très inquiet pour sa voiture. Il avait peur qu'elle tombe en panne. Tout s'est bien passé. Et à l'arrivée à Ars, Yan me dit « elle remarche impeccable, ma voiture! ». Un miracle? Je rigole un peu! Car la coincidence est amusante. Nous nous arrêtons à Ars et je vais avec Yan sur un pré qui semble réservé à des messes en plain air (c'est du moins l'impression que j'ai) et il y a une statue du curé d'Ars. Je suis déçue parce que ce nest pas celle que je connais, avec l'enfant auquel il montre le ciel. Nous allons ensuite en direction de la basilique. Je vois un groupe de pélerins et il y a aussi la maison du curé, dont je découvre la cuisine et la cour.

    Dans l'église, il a des personnes qui prient et j'admire la magnifique coupole extrèment décorée.

    Nous allons aussi dans la chapelle du coeur, où je photographie 2.....anges! Message?

    Michel et Lucie nous attendent. Michel apprécie l'indien et l'installe tout de suite à une place d'honneur. Il me regarde, cet indien, depuis sa place, et me met un peu mal à l'aise car son regard est profond.

    Michel a préparé le repas et fait le ménage. Il a semblé très content de nous revoir et Lucie aussi.






    votre commentaire
  •  

    Je n'ai jamais eu de très gros problèmes de santé (enfin, à mon avis, car Yael n'est pas d'accord. Il pense que j'aurais matière à me plaindre puisque je suis épileptique et que j'ai du psoriasis, ainsi que des acouphènes. J'ai aussi les jambes lourdes , les cervicales en compote et le dos très douloureux.J'aI très souvent des brûlures d'yeux quand j'ai trop travaillé sur mon ordinateur, et aussi les yeux collés par la conjonctivite parfois. J'ai aussi des cystites, et les sinus bouchés. Et enfin parfois une douleur intolérable au genou, pire qu'un coup de poignard, et qui me fait hurler de douleur quand j'essaie de le plier.

    Je devrais plutôt dire, j'avais. Car Yael me soigne. Je n'ai plus mal du tout aux cervicales, ni au dos. Parfois cela revient, mais j'ai dit au début de notre relation « je voudrais retrouver parfois mes anciennes douleurs, pour rester semblable aux hommes ».Bon, ce n'est surement pas ce que j'ai dit de plus intelligent dans ma vie parce que , si ce que Yael me dit est vrai, je n'ai pas besoin de ces douleurs, car on n'aide pas mieux en souffrant, et s'il me ment, et bien je souffre pour rien!

    Donc, sauf depuis quelques jours, je peux dire que mes maux physiques ont disparu, ou disparaissent très vite. Je ne souffre plus du tout des cervicales depuis longtemps, mon dos me fait mal parfois, mais sans commune mesure avec le passé, et je connais de longues périodes de répit, je n'ai plus les jambes lourdes, j'ai toujours du psoriasis, mais il régresse, et il a complètement disparu pendant une longue période. Ernest cependant m'avait prévenu que je connaitrais certainement une grosse poussée, et qu'ensuite je serai guérie. Je connaiscette grosse poussée, puisque j'en ai plein le visage, ce qui ne m'était jamais arrivé.

    Je n'ai plus d'acouphènes non plus ni de maux de tête. Pratiquement plus de brûlures des yeux. J'étais allergique aux acariens je crois, et je n'ai plus de souci de ce côté-là non plus.

    Et Yael a nettoyé mes sinus! Quand j'appuyais dessus, cela me faisait mal.Pendant ses soins,je sentais quelque chose descendait dans ma gorge. Cela me gênait un peu. Cela a duré un certain temps, mais depuis, je n'ai plus les sinus encombrés, je n'ai plus mal ....

    Mes douleurs au genou sont devenues extrèmement rares aussi.

    Je dois beaucoup à Yael. Il me fait beaucoup de bien.

    et heureusement, car aujourd'hui je souffre d'autres misères dont je préfère ne pas parler pour ne pas avoir l'air de "calimérer" sans fin sur ma santé.

     











     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique