• J'ai aussitôt contacté mon amie Chantal qui m'avait parlé du reiki dans sa carte de voeux.

    Elle m'a dit qu'une session de formation était justement prévue le mois suivant, et amusante coincidence, le week end de mon anniversaire. Quelque chose en moi savait qu'il fallait que je suive cette formation. C'était impératif. Rien ne m'aurait détournée de ce projet. Aussi me suis-je inscrite.

     

    Nous étions une dizaine. Nous avons appris les « passes » qu'il fallait faire pour soulager les douleurs et les malaises physiques et moraux

    .Elles consistent à imposer les mains sur le corps de la personne que l'on traite à différents endroits pré-déterminés en fonction de ce que l'on veut soulager. On peut aussi, après un peu de pratique, définir soi-même les endroits qui nous paraissent les plus efficaces, à l'instinct.

    En aucun cas le reiki ne se substitue à la médecine traditionnelle. Il agit en complément, c'est tout.

    L'animateur était un ancien prêtre. Il était accompagné d'une assistante qui était maître reiki. Il y a des grades dans l'initiation. Un premier degré qui correspond à l'initiation de base et qui ne coute vraiment pas cher, un deuxième degré qui permettait de soigner à distance, et enfin un troisième degré qui permet l'enseignement et de devenir maitre reiki.

    Le deuxième jour, j'ai dû affronter une colère folle de Michel qui ne voulait à aucun prix que je retourne à cette formation. Il était persuadé que j'étais tombée dans une secte! Mais j'ai tenu bon. Je suis retournée à la formation en larmes; C'ét ait vraiment très dur. Mais je n'ai pas regretté car j'ai appris à soulager les hommes (et les femmes!).

    D'abord sur Michel!

    Incroyable!



    C'était juste après la formation. Il souffrait du poignet et je lui ai fait du reiki pendant deux minutes. Il a été soulagé pendant 6 mois. Ma maman aussi a bénéficié du reiki. Elle souffrait du pouce, une tendinite. Et elle a pu se servir de ce pouce pendant plusieurs jours sans souffrir.

    J'ai aussi soulagé des collègues stressés. Et bien sûr je m'en suis fait à moi-même. J'ai pu me soulager une migraine. Le reiki procure une détente formidable. On se sent totalement relaxé après.

    Un jour, Michel est rentré en me disant que deux de ses collègues souhaitaient bénéficier d'une séance. Je les ai reçues très volontiers. J'avais mis «les petits plats dans les grands », je veux dire par là que j'avais essayé de créer une ambiance « relaxation » : lit, bougie, musique douce...

    La première des collègues m'a mise « au parfum » tout de suite: elle m'a expliqué que l'autre collègue était impossible à relaxer, qu'elle était tellement tendue que je n'arriverai jamais à la décontracter.

    Bien, voyons voir...

    Je l'allonge sur le lit (un canapé clic clac pour être précise), je mets de la musique, j'allume la bougie et pendant une petite heure, je pratique mon « art ».

    Quand j'ai terminé, je la laisse se remettre, et elle s'endort comme une masse! Après un temps certain, je retourne la voir, et nous essayons de la réveiller, mais impossible, elle ne bouge pas d'un pouce et semble ne plus respirer.

    Je suis affolée car j'ai l'impression qu'elle ne va jamais se réveiller. Quand enfin elle émerge, elle semble très contrariée d'avoir été dérangée.

    Nous nous rendons alors à la cuisine où nous partageons un café, et elle se laisse aller à des confidences sur son enfance qui nous touchent tous les quatre.

    Je l'ai revue quelque temps plus tard, et elle m'a dit qu'elle n'avait plus mal.



    J'ai aussi soulagé mon amie Michelle, qui ne souffrait plus de sa main après mon intervention, une collègue qui a reçu tant d'énergie qu'elle a éprouvé le besoin de marcher après ma petite séance. Et aussi une autre qui s'est trouvée très apaisée alors qu'elle pleurait et se sentait très mal en raison de la maladie de son père.

    Bien sûr, on peut penser à l'effet placébo. C'est peut-être ça. Mais quand bien même, n'est-ce pas déjà merveilleux de se dire que l'homme a en lui la faculté de se soulager lui-même simplement parce qu'il y croit?




    votre commentaire
  •  

    J'ai toujours eu envie de consulter une voyante. J'ai comme ça de petites et grandes envies que je souhaiterais assouvir avant de quitter ce monde.

    Par exemple, aller en Amérique, en Australie, à Venise. Faire du saut à l'élastique (mais ça m'a un peu passé...), apprendre l'anglais, savoir bien peindre et dessiner, jouer de la guitare etc.. etc...

    J'étais allée voir une voyante sur la vogue un jour. Elle m'avait prédit que je serai une grand-mère heureuse, entourée de 4 petits-enfants.

    Michel, un jour, revient de son travail et me donne une petite affiche: il y est question d'un salon de la voyance à Bourg.

    Je me décide donc à m'y rendre. Il y a beaucoup de voyants. Le principe des consultations m'amuse: il y a devant chaque stand une personne qui se charge de faire la publicité du voyant et d'inciter le badaud à entrer.

    Devant un stand, il y a la voyante elle-même qui m'aborde. Elle me dit que je devrai aller où mon intuition me conduirait, mais qu'il fallait se méfier des voyants trop racoleurs (enfin en substance, je ne me souviens plus de ses termes exacts). J'ai fait le tour des stands, mais je suis revenue sur mes pas car c'est cette femme qui m'a le plus convaincue. J'entre donc dans le stand à sa suite. Elle me tire les tarots, et mon seul sujet de préocupation à l'époque étaient mes tarots et mes « objets ».

    Elle me dit alors :

    • que mon mari allait être opéré dans les 2 mois (ce qui s'est révélé inexact).

    • qu'il était dur avec moi et qu'il freinait mon évolution

    • que j'avais un don de médium d'une grande puissance, que je devais canaliser mes « pouvoirs » en utilisant le reiki et la géomancie

    • que si je voyais une lumière blanche, de devais laisser venir et si un esprit ne me plaisait pas, je devais fermer les yeux (?). Si je ressentais des frissons, c'etait un esprit qui erre : lui dire qu'il peut s'élever dans la lumière . Sans vouloir juger, il me semble que tout cela ne « tient pas la route », car je n'ai jamais vu cette lumière blanche , ni eu l'occasion de dire à un esprit de s'élever dans la lumière. A mon avis, c'est une taquinerie en rapport avec un feuilleton que j'adore et dont je reparlerais!

    • Que je ne devais pas utiliser ces pouvoirs pour faire le mal.

    • que mes enfants réussiraient leurs examens (je tousse un peu pour Lucie)

    • qu'ils auraient une vie stable.

    • que je devrai m'aider du reiki et de la géomancie.

    • Que je pouvais être aidée par qu'elqu'un qui a les mêmes préoccupations que moi.

    • que je devais prendre confiance en moi

    • que j'avais une voix qui fait du bien

    • que je serai appelée à aider les autres, à faire le bien.

    • que je serai sujettes aux allergies.

    C'est alors que j'ai eu un choc: je me suis souvenue d'une carte que j'avais reçue pour le nouvel an. C'était mon amie Chantal que me l'avait envoyée. Elle me disait qu'elle poursuivait son évolution grâce au reiki. Je n'avais jamais entendu parler de cette technique auparavant, et j'étais stupéfaite de constater qu'elle avait un rapport avec la prédiction de la voyante.




    votre commentaire
  • Yael me dit souvent qu'il faut oser.

    Et il me fait faire beaucoup de choses culottées (à mon goût!)

    Par exemple, il m'a fait entrer dans une propriété. Elle était grillagée, mais ouverte. Une pancarte a demi-effacée indiquait « attention pièges! » Brrr!

    Bon, je rentre quand même... une petite allée traverse le terrain où des enchevetrements de branchages et une cabane entourent des espaces de verdure.

    Un silence impressionnant règne dans ce lieu. Je m'avance sur le chemin, l'impression n'est pas désagréable.

    Mais sur la gauche, j'entends un craquement sinistre. Je m'avance encore, et là, j'entends comme le grognement d'un chien.

    Pourtant , plus rien ne bouge... Re Brrr! Je préfère rebrousser chemin. Je ne suis plus rassurée du tout. J'allonge le pas pour sortir de ce lieu qui semble me repousser très fort.

    Et un grand vent de face me gêne jusqu'à ce que je sois sortie (il faut dire qu'il y en avait ce jour-là)... J'ai vraiment eu l'impression d'être chassée...

    J'en ai retenu une grande leçon: ne jamais entrer dans une propriété privée, même si elle a l'air abandonnée, car on ne sait jamais ce qui nous y attend!

    Yael m'a demandé depuis de me renseigner sur le propriétaire actuel du terrain car il y a un message pour lui de la part de l'ancien propriétaire qui souhaiterait qu'on respecte certaines choses et qu'on ne les change pas.

    Mais dans d'autres circonstances, j'ai osé avec bonheur.

    Par exemple, je suis entrée dans une sorte de boutique. Il y avait des peintures. J'ai supposé que c'était un atelier de peinture. En effet, le propriétaire des lieux, un vieil homme charmant, m'a rejointe.

    Nous avons eu une conversation très intéressante et enrichissante sur la peinture en général, et les siennes en particulier.

    Il a dû apprécier ma conversation, car à la fin de notre rencontre, il m'a offert un livre de ses peintures!

    Autre exemple: cet été, sur mon lieu de vacances, j'ai rencontré pour la première fois de ma vie un médium.

    J'y pensais depuis longtemps, et je crois que Yael a fait ce qu'il faut pour que je puisse le rencontrer.

    Je suis entrée par hasard (je cherchais un cadeau pour ma fille) dans une boutique. Le propriétaire du magasin me l'a conseillé.

    Cet homme m'a reçu très gentiment (et gratuitement, comme tout médium devrait le faire...).

    Je souhaitais juste le rencontrer pour qu'il me parle de sa technique, de comment il procède pour contacter son fils, qui est décédé et qui lui parle de l'au delà.

    Il m'a renseigné très volontiers, et il a reçu un message de son fils, à ce que j'ai compris.

    Et apparemment, ce message était destiné...à une amie!

    Je le lui ai transmis depuis.

    J'ai été un peu déçue, c'est vrai, mais surtout surprise.

    Sans Yael, jamais je ne l'aurai rencontré.

    Et de plus, cet homme est guidé lui aussi. Ce qui n'est pas si courant! Il n'y a pas de hasard, Yael me le dit souvent. Et là, comment penser au hasard, alors que moi aussi, je suis guidée....

    J'ai rencontré aussi beaucoup d'autres personnes. Nous avons discuté de phénomènes paranormaux.

    C'était très intéressant. Vraiment.

    Cela fera l'objet je pense, de mon prochain message.

    J'ai fait beaucoup d'autres découvertes en osant grâce à Yael. Il m'accompagne dans mes découvertes et me fait réfléchir sur les relations humaines et le respect.




























































    votre commentaire
  •  

    C'était encore une période difficile pour moi. Je n'allais pas bien moralement. J'étais fatiguée. Aussi quand j'ai entendu parler de Madame Peyrard et du shiatsu, j'ai voulu essayer.

    « Le shiatsu est une technique d'harmonisation des énergies du corps par pressions cohérentes sur les points d'acupuncture et par étirement des méridiens. La séance s'organise dans un environnement calme et propice à la détente. Le shiatsu est l'héritage de la sagesse plurimillénaire chinoise et de la précision technique japonnaise » Voilà la définition que j'ai lue sur le site du centre que j'ai fréquenté.

    Lors de ma prise de rendez-vous, la personne de la réception m'a dit « C'est pour une perte de poids? » comme si c'était une évidence. Pas du tout, je voudrais prendre rendez-vous avec Madame Peyrard. La dame de l'accueil a eu l'air très surpris, puis a noté ma demande. Je tenais absolument à voir Madame Peyrard et personne d'autre. Je ne savais pas pourquoi, mais c'était elle. C'est tout. Une évidence comme mon coup de foudre.

    Madame Peyrard, c'est une femme tout en rondeur et extrèmement sympathique. Elle m'a plu tout de suite. Elle portait une blouse blanche un peu comme une infirmière et elle m'a fait allonger sur une table de massage.

    Elle a palpé différentes parties de mon corps, en appuyant à certains endroits et elle m'a expliqué si ma mémoire ne me fait pas défaut, que j'avais des problèmes avec le foie et le rein. En fait, le foie et le rein, si j'ai bien compris, n'ont pas le même sens en shiatsu que dans un dictionnaire médical. Ce sont des points de blocages d'énergie. Elle a donc commencé la séance: elle m'a appuyé très fort sur le foie. Si fort que j'ai cru m'évanouir de douleur. Hé bé, c'était drôlement coincé, l'énergie! Après plusieurs appuis, j'ai senti une impression très étrange: j'ai eu l'impression que de l'eau tiède s'écoulait le long de ma jambe! Je me suis demandé d'où pouvait bien provenir cette eau car il semblait pas y avoir de bassine dans la salle de massage.

    Madame Peyrard a eu l'air amusée et elle m'a dit « ce n'est rien, c'est l'énergie qui repart. » Quand la séance s'est terminée, environ une heure après, je me suis levée et j'ai vérifié sous la table s'il n'y avait pas un tuyau qui aurait permis d'acheminer celle eau, mais non. Rien.

    Au fil des séances, les appuis de Madame Peyrard sont devenus de moins en moins douloureux.

    Elle me disait que c'était étrange, car elle avait l'impression qu'elle me connaissait depuis toujours.Et pourtant, je ne l'avais jamais vue. Et comme je lui avais parlé de mes tarots, elle m'a proposé de profiter de son local pour effectuer des tirages. Je n'ai pas osé. J'ai eu peur que mon employeur en ait vent, et qu'on me soupçonne d'en tirer profit, alors que je l'aurais fait gratuitement. Je l'ai regretté, car cela aurait été très interessant, mais j'avais peur de perdre mon emploi.



    Puis nous avons essayé, lors des séances suivantes, après un instant de relaxation, des exercices de visualisation. Je devais lui décrire ce que je voyais et elle me posait des questions ou me faisait des suggestions qui me permettaient d'aller plus loin.

    Voici le détail de ce que j'ai visualisé pendant ces séances:





    1ère séance:

    Un escalier en pierre en colimaçon, rampe à droite. Au pied de l'escalier, une grande pièce éclairée, vide. A droite de l'escalier, une porte en bois. Derrière la porte, l'horreur: une pièce noire, pleine de rats, les murs sont noirs et gluants.

    Au fond, il y a un coffre simple en bois, ouvert. Il es recouvert de velours rouge à l'intérieur. Il est rempli de pièces d'or et de bijoux. Il contient aussi un livre ancien, sans titre apparent. A l'intérieur il est écrit « la vie » puis une citation « savoure la vie comme une fleur », puis une gravure qui représente un paysage avec une cascade (titre « la cascade de la vie ») puis un trèfle à quatre feuilles. Le coffre contient aussi une petite épée. La lame est en or, le manche en or reouvert de pierres précieuses (émeraudes, rubis). Cette épée appartient selon ses dires à mon père-frère, mais ne peut pas me préciser qui il est. J'ai moins peur de retourner dans la pièce noire après avoir ouvert le coffre. La pièce est moins sombre et les rats moins effrayants.

    2éme séance:

    Escalier , grande pièce, Au plafond un vasistas. Je prends la corde de l'escalier pour monter au vasistas. Une main masculine tient la corde. Je me retrouve sur le toit d'un édifice. Un gratte ciel du dessus d'une ville . Le toit est en gravillons et il est vide. Je l'escalade et je me trouve devant un superbe jardin intérieur avec une piscine triangulaire.

    J'éprouve l'envie de m'y baigner. Au fond il y a un message pour moi inscrit en rouge « je t'invite au bal masqué »Un homme corpulent et barbu, dans une longue tunique blanche arrive. Il a l'air gentil. Je lui demande qui il est. Il me répond qu'il est mon ami mais s'offense quand je lui demande son identité. Je lui demande alors s'il est mon guide. Il me dit que non, mais qu'il le connait. Je le prie de me conduire à lui et il accepte. Je sors de l'eau. Il me prend par la main et me conduit devant une porte en bois. Il frappe. Au bout d'un court instant, on me dit d'entrer. Je me trouve alors face à un etre lumineux, vëtu lui aussi d'un tunique blanche qui ressemble à Jésus. Je suis si émue que j'en pleure. Cet être de lumière me prend dans ses bras et je me sens bien. Je me dis qu'il m'aime et que je pourrai toujours compter sur lui. II m'encourage à continuer mon travail avec les tarots; Il m'embrasse. Je descends de ses genoux (comme un petit enfant). J'ai hâte de repartir. Je retourne vers l'escalier en reprenant le même chemin.

    3ème séance:

    Escalier, etc...retour vers mon guide. Je lui demande ce que je dois savoir pour évoluer. Réponse: « apprends, apprends, apprends l'amour, la vie, trouve ce que tu sais. ». Il m'emmène ensuite devant un paysage sublime (montagnes qui s'étendent à l'infini, dans le lointain) et me dit « tout ceci est à toi si tu le veux, puis me prend dans ses bras longuement.

    Il me conduit dans un réduit creusé dans la pierre. Il me regarde intensément et me prend les mains, mais je ne peux pas voir son visage. Je lui demande s'il peut me dévoiler un peu de l'avenir de mon évolution.

    Il tire un rideau et je m'introduis dans un passage étroit, couvert de cailloux, puis d'une surface blanche, brillante et douce.

    Je débouche ensuite sur un paysage très lumineux. Je descends quelques marches et me trouve au milieu d'un cirque de gradins au centre duquel se trouve un petit jardin avec une source. Je m'aperçois que des gens habillés en moines s'installent petit à petit sur les gradins. La scène est très calme et silencieuse. Les moines et moi sommes sereins. Un à un, il viennent chercher de l'eau à la source et retournent s'asseoir pour la boire. Un seul jette son verre et part à grand pas. Je le regarde s'éloigner avec détachement. Les autres « moines », un à un, viennent m'embrasser et s'en vont. Quand tous sont partis, je m'assois en tailleur et je médite (je suis vétue d'une tunique blanche). Puis je retoune vers mon guide. Je lui demande si je dois savoir autre chose. Il me répond que non, que ça suffit. Je retourne vers l'escalier en prenant le même chemin.

    Et un beau jour, comme j'étais encore stréssée, Madame Peyrard m'a fait une suggestion; elle m'a proposé d'aller faire un tour du côté de mes vies antérieures pour voir s'il n'y avait pas un problème de ce côté-là.

    J'ai hésité, longuement. Car il y avait un risque, minime, mais réel, à tenter cette expérience, car on ne sait jamais ce qui peut se passer et si l'on va revenir de l'expédition. J'avais parlé de mon guide à Madame Peyrard, et elle m'a assuré qu'il m'accompagnerait lors de ce périple. A cette condition, je me suis décidée. Madame Peyrard m'a parlé et mise en condition. Elle m'a demandé ce que je voyais. Je le lui ai expliqué. Un paysage au bout duquel je vis un trou noir creusé dans le sol. Je me suis approchée avec appréhension. Quand je me suis trouvée tout près du trou. Madame Peyrard m'a demandé d'y aller. J'avais peur, mais mon guide était avec moi. Il m'a précédé dans les ténèbres et sa petite présence à suffi pour me tranquiliser. Après un moment, j'ai débouché sur un paysage lunaire. Je me suis trouvée près d'un cirque en gradins, et là j'ai vu;... mon père, ma grand-mère et ma fille! Mon père et ma grand-mère avaient l'air très détachés. Ils regardaient ailleurs. Mais mon père m'a dit qu'il me protégerait toujours, et qu'il veillerait sur moi. Ma petite puce, elle, était toute frétillante de joie de me voir. On aurait dit un feu follet. J'ai pleuré de joie très longtemps. Mon émotion est indescriptible. Madame Peyrard était, je crois, presque aussi émue que moi. Elle s'est réjouie de ce contact. Il m'a vraiment apaisée. Et depuis ce jour, la peur de rester dans le noir, comme dans une salle de cinéma, m'a quittée. Il faut dire que quelques temps auparavant il m'était presque impossible de rester dans un salle obscure sans éprouver un malaise proche de celui provoqué par une imminente crise d'épilepsie.



    Plus tard, Madame Peyrard m'a fait savoir par une collègue que je devais continuer à travailler avec mes tarots. Avec le recul, je me demande si Yael ne lui en a pas glissé un mot car il insiste lui aussi pour que je m'y remette. Mais pas pour la divination.






    votre commentaire
  •  

    Tiens, à propos de vendeur de voiture, je rigole toute seule en écrivant: j'ai une belle coincidence à vous conter: j'ai écrit ce titre hier soir, et je suis allée au garage récupérer la voiture de Yan que nous devons lui amener et nous avons donc rencontré notre vendeur de voiture habituel. C'est une coincidence parce que le vendeur de voiture dont il est question ici est tout autre.

    Mon guide est toujours à l'oeuvre. Depuis longtemps. . Je sais bien que je ne peux pas dire que c'est une preuve, mais j'avais acheté mon AX neuve dans une concession. Et lorsque j'ai fini de payer mon crédit, j'ai été contactée par un vendeur par téléphone. Il m'a demandé de passer au garage pour voir les nouvelles voitures, ce que j'ai fait.

    J'ai été séduite par un modèle, mais Michel ne voulait pas entendre parler de l'achat d'une voiture neuve.

    Le vendeur m'a recontactée par téléphone et je lui ai expliqué que nous n'acheterions pas pour l'instant. Il s'est mis alors à me parler de lui, me disant qu'il était vendeur de voitures mais que demain il pourrait faire autre chose. Que ça n'était pas très important pour lui. Et là-dessus, il m'a parlé d'un livre qui visiblement l'avait emballé et qui racontait l'histoire d'une femme qui part dans le bush australien et qui vit des aventures initiatiques très belles et très fortes.

    Le titre de cet ouvrage est « message des hommes vrais au monde mutant ». Il l'a écorché un peu en me l'indiquant. J'ai été enthousiaste moi aussi en l'écoutant m'en parler, et j'ai eu très envie de le lire.

    Cette femme, mère de famille, au lieu de se trouver avec des hommes qui envisagent un programme de formation pour les aborigènes auquel elle est sensée participer, est «kidnappée » par une peuplade aborigène qui l'entraine dans le bush. Au début de l'histoire, elle est déshabillée, revêtue d'une sorte de robe de bure, et tous ses anciens vêtements et même sa carte de crédit sont brûlés. Elle vit ensuite toute sorte d'aventures dont la plus belle pour moi m'est restée en mémoire: le jeu de la feuille. On prend une feuille d'arbre, on la découpe en autant de morceaux que de membre du groupe. Chacun reçoit un bout de la feuille, et le but du jeu est de rassembler tous les bouts pour reconstituer la feuille. Il n'y a ni gagnant, ni perdants, et tout le monde se réjouit de la réussite commune. Quelle différence avec notre société basée sur la compétition.

    la peuplade a une façon à elle de faire la fête: on se réjouit pour un membre du groupe et on célèbre avec lui quelque chose qui lui tient à coeur, comme par exemple réussir là où il avait échoué auparavant plutôt que de fêter les anniversaires et les fêtes aux dates carillonnées.

    Il me semble que cette femme sort de cette expérience transformée car son aventure est très forte et très riche.

    Je remercie encore aujourd'hui ce vendeur de voiture de m'avoir fait découvrir ce livre.

    J'ai présenté ce livre à un club lecteur. Mais les participantes ont estimé que l'on était plus au moyen âge et qu'adopter le mode de vie de cette peuplade est inenvisageable sous nos latitudes car nous sommes trop civilisés pour accepter un retour à un mode de vie plus frugal. Pour ma part, il me semble que ce serait difficile, mais peut-être pas impossible. Il ne serait peut-être pas nécessaire de reproduire exactement le modèle, mais s'en inspirer serait sans doute déjà bien, afin que les hommes vivent plus en harmonie et dans la paix.










    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique